Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

French Tech : les montants levés en 2017 devraient doubler par rapport à 2016

Levée de fonds Selon un rapport de CB Insight, les start-up de la French Tech devraient lever plus de 4 milliards de dollars cette année, plus du double du total de 2016. Sur les six premiers mois, 355 opérations ont été enregistrées, et plus de 2 milliards de dollars levés : presque autant que pour toute l'année 2016 !

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

French Tech : les montants levés en 2017 devraient doubler par rapport à 2016
French Tech : les montants levés en 2017 devraient doubler par rapport à 2016 © Bordeaux Metropole

La French Tech continue de combler son retard sur ses voisins européens en matière de levées de fonds. Au premier semestre 2017, 355 opérations ont été comptabilisées par CB Insights pour un total de 2 milliards de dollars. C'est presque autant que les fonds levés pour toute l'année 2016 ! La France surclasse désormais l'Allemagne sur cet indicateur, et elle rattrape le Royaume-Uni.

 

 

Le deuxième trimestre 2017 a enregistré une lègère baisse du nombre de deals (167 contre 188 sur les trois premiers mois de l'année) mais une hausse des sommes levées (1,4 milliard de dollars, contre 586 million au premier trimestre). Parmi les plus grosses levées, celles d'Actility, Max, Shadow, Frichti, Jobteaser… Mais attention : les emprunts de 450 millions de dollars d'OVH et de 250 millions de Data4 (pas des levées de fonds à proprement parler) pèsent à eux seul la moitié du total du deuxième trimestre 2017.

 

De start-up à scale-up, une marche à franchir

CB Insight anticipe, si le pays continue sur ce rythme, que la barre des 4 milliards de dollars levés sera franchie en fin d'année. La France se montre particulièrement dynamique dans le financement "early stage" (seed, love money et série A) au deuxième trimestre (près de la moitié des opérations), avec un montant moyen levé de 800 000 dollars (en légère baisse comparé aux trimestres précédents). C'est plus compliqué pour les séries B, C et suivantes… La France confirme donc sa capacité à financer les toutes jeunes pousses mais sa difficulté à les accompagner dans l'évolution de start-up à "scale-up".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale