Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Fujifilm, victime d'une attaque par ransomware, ferme partiellement son réseau

Les attaques par ransomware se multiplient. Après Colonial Pipeline, Toshiba TFIS ou encore Axa, Fujifilm a annoncé avoir été victime à son tour d'une cyberattaque. Le conglomérat japonais a été contraint de mettre une partie de ses réseaux à l'arrêt en attendant les résultats de l'enquête.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Fujifilm, victime d'une attaque par ransomware, ferme partiellement son réseau
Fujifilm, victime d'une attaque par ransomware, ferme partiellement son réseau © Fujifilm

Le conglomérat japonais Fujifilm a annoncé le 2 juin être victime d'une cyberattaque. Surtout connu pour ses produits d'imagerie numérique, l'entreprise qui propose également des produits dans le domaine de la santé, a été contrainte de fermer certaines parties de son réseau mondial afin d'éviter la propagation de l'attaque.

Fermeture partielle du réseau
L'entreprise a confirmé que son siège à Tokyo a été touché par une cyberattaque. Fujifilm évoque une attaque par ransomware sans fournir plus de détails. "Fujifilm Corporation mène actuellement une enquête sur un éventuel accès non autorisé à son serveur depuis l'extérieur de l'entreprise", écrit simplement la société. Afin de mener ses investigations, la Fujifilm a partiellement fermé son réseau et l'a "déconnecté de toute correspondance externe", peut-on lire.

Le PDG d'Advanced Intel, Vitali Kremez, a déclaré que la société avait été touchée par le virus Qbot au moyen d'une campagne de phishing, rapporte Bleeping Computer. Fujifilm donnera peut-être plus de détails après son enquête.

Les attaques par ransomwares explosent dernièrement. En 2020, en France, les signalements d'attaques par rançongiciels ont augmenté de 255 %, selon l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Les hackers ciblent aussi bien des petites entreprises que des multinationales. Récemment ce mode d'opération a paralysé le plus grand opérateur d'oléoducs américain Colonial Pipeline, et mis à mal des tonnes de données médicales en Irlande et en Indonésie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.