Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

GA a voulu hacker l'espace de travail... et cela donne ça

Le promoteur toulousain GA, spécialisé dans l'immobilier d'entreprises, vient d'organiser à Toulouse un hackathon, en association avec La Mélêe, pour réinventer les espaces de travail de demain. Trois projets ont été primés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

GA a voulu hacker l'espace de travail... et cela donne ça
GA a voulu hacker l'espace de travail... et cela donne ça

Imaginez ce que seront les bureaux de demain ! C'est le défi qu'a choisi de lancer le groupe toulousain GA (170 millions d'euros de chiffre d'affaires, 450 salariés), spécialisé dans l'immobilier d'entreprises, dans le cadre d'un hackathon "Hack thé Workspace", co-organisé par l'association toulousaine La Mêlée. "C'est le premier hackathon organisé en direction des métiers du bâtiment", souligne Edouard Forzy, co-président de La Mêlée.

 

Happy at work

Sur deux jours (les 22 et 23 juin), ce challenge a réuni une cinquantaine de personnes (développeurs, designers, intégrateurs, mais aussi professionnels de l'aménagement de bureaux et étudiants en architectures), aux côtés d'équipes de GA. "Nous sommes convaincus que l'immobilier est un vecteur de performance pour les entreprises. Les modes de travail évoluent et, avec eux, les espaces et les services attendus. Le secteur doit s’adapter à la connectivité des gens, des bâtiments et des objets, se réinventer et offrir de nouveaux services", a rappelé en introduction Sébastien Matty, président de GA.

 

A l'issue d'une première journée de créativité organisé dès le 1er juin, 5 grands thématiques ont été identifiées : comment être happy at work ; favoriser le confort et l'efficacité au travail ; optimiser son temps et gagner en productivité ; imaginer un quotidien smart et simple au bureau ; faire de l'accueil un moment inoubliable. 

 

boîte à réunion 

Au terme du hackathon, un jury associant plusieurs dirigeants de GA, ainsi que Virginie Portes, responsable des partenariats à La Mêlée, et plusieurs directeurs de l'innovation d'entreprises telles que Colliers, Cisco France ou Banque Populaire Occitane, a finalement récompensé trois projets.

 

Le premier prix (10 000 euros) a été remis à l'équipe "Smeet", qui propose le développement d'une "smeet box", un objet cylindrique peu encombrant, muni d'une poignée, qui permet de connecter tous les outils nécessaires à l'organisation d'une réunion (son, camera, projecteur). La Smeet box permet de transformer n'importe quelle salle en salle de réunion. Il peut être réservé en ligne par les salariés de l'entreprise. Le jury a salué "une proposition complète", le design de l'objet et la notion d'interopérabilité.

 

poste et accueil intelligent 

Un deuxième prix (5 000 euros) a été décerné à Qualia, une solution qui permet à chacun d'adapter et de personnaliser son poste de travail (logiciels, configuration du poste de travail, mais aussi musique, température, ambiance lumineuse...). Le jury a tout particulièrement salué l'originalité du projet, qui permet de faciliter la mobilité du salarié, qui retrouve "en un clic", tout son espace de travail, quel que soit l'endroit où il s'installe.

 

Le troisième prix (3 000 euros) est revenu au projet Smart Welcoming, une solution qui permet d'améliorer et de personnaliser l'accueil d'un visiteur, en préparant son arrivée en amont. La solution est basée sur un système de flash-code envoyé par mail au visiteur, qui lui permet d'être reconnu dès son arrivée. Une sorte de "carte d'embarquement" pour un meilleur accueil (guidage sur le parking, ouverture des accès, identification à l'accueil, guidage dans les bureaux...), mais aussi, selon les besoins du visiteur, des services complémentaires, tels que la réservation d'un taxi.

 

Outre la dotation des prix, les lauréats bénéficient aussi de la possibilité d'être accompagnés pendant plusieurs mois par les équipes de GA, au sein d'Agua, le siège du groupe GA, à Toulouse, pour y développer leurs projets, en vue d'aller plus loin dans la faisabilité technique et économique, et d'envisager, pourquoi pas, un déploiement opérationnel.  

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media