Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Garmin aurait déboursé plusieurs millions de dollars pour mettre fin à un ransomware

Vu ailleurs Garmin a subit une panne informatique durant le mois de juillet causée par le ransomware WastedLocker. Afin de récupérer l'accès à ses systèmes informatiques, le spécialiste de la navigation par GPS aurait payé plusieurs millions de dollars au groupe criminel responsable.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Garmin aurait déboursé plusieurs millions de dollars pour mettre fin à un ransomware
Garmin aurait déboursé plusieurs millions de dollars pour mettre fin à un ransomware © Mael BALLAND - Unsplash

Garmin a souffert d'une panne informatique affectant "Garmin.com et Garmin Connect" ainsi que ses centres d'appels au cours du mois de juillet. Le spécialiste de la navigation par GPS avait confirmé le 23 juillet avoir été victime d'une cyberattaque, sans donner plus de détails. Puis ses services sont revenus sans qu'une explication soit donnée. Mais selon Sky News, Garmin aurait payé ses cyber-attaquants plusieurs millions de dollars via une société tierce baptisée Arete Incident Response pour pouvoir retrouver accès à ses fichiers et ses systèmes.

Paiement d'un groupe sanctionné par le Trésor américain ?
Si Garmin n'a jamais détaillé la cyberattaque dont il a été victime, plusieurs chercheurs en sécurité informatique ont affirmé qu'il s'agissait du ransomware WastedLocker. Un ransomware est un malware qui paralyse un système en chiffrant l'intégralité des fichiers qui s'y trouvent. Les malfaiteurs proposent ensuite à la victime de lui fournir la clé qui permettra de déchiffrer ses données contre une rançon, payable généralement en bitcoins ou autre cryptomonnaie (donc impossible à annuler une fois payée).

WastedLocker aurait été développé par un groupe de cybercriminels basé en Russie et connu sous le nom d'Evil Corp, selon ces mêmes chercheurs. Le département américain du Trésor, suspectant Evil Corp d'être responsable du développement et de la diffusion du malware Dridex, a sanctionné ce groupe l'année dernière, rappelle Sky News. Une telle sanction s'accompagne très souvent de l'interdiction pour les sociétés américaines de réaliser des transactions avec l'entité sanctionnée.

Toutefois, le lendemain de la cyberattaque subie par Garmin, Arete Incident Response a publié une étude affirmant que le lien entre WastedLocker et Evil Corp n'était pas établit. Un petit indice penchant en faveur du paiement de la rançon même si les deux entreprises n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media