Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Garmin victime d'une "panne informatique", plusieurs services sont inopérants

Plusieurs services du spécialiste de la navigation GPS Garmin sont touchés par une "panne informatique". Sans en préciser sa nature, l'entreprise américaine promet que l'incident n'a pas de conséquence sur les données clients. Certains sources affirment qu'il s'agit d'un ransomware. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Garmin victime d'une panne informatique, plusieurs services sont inopérants
Garmin victime d'une "panne informatique", plusieurs services sont inopérants © Mael BALLAND - Unsplash

Le spécialiste de la navigation GPS Garmin fait face à un incident de sécurité depuis le 23 juillet. Cette "panne informatique" affecte  "Garmin.com et Garmin Connect" ainsi que les "centres d'appels", indique l'entreprise américaine dans un tweet. "Nous sommes actuellement incapables de répondre aux appels, aux e-mails ou aux conversations en ligne", ajoute-t-elle.
 


Il a fallu attendre le 25 juillet pour que Garmin affirme dans une FAQ que cet incident n'a pas de conséquence sur les  "données, y compris l'activité, le paiement ou d'autres informations personnelles" des clients. 

Impossible de synchroniser les données de tracking
Pas d'inquiétude non plus concernant le fonctionnement des montres et bracelets connectés commercialisés par l'entreprise. D'après Garmin, "les données d'activité physique, de santé et de bien-être collectées à partir des appareils Garmin pendant la panne sont stockées sur l'appareil et apparaîtront dans Garmin Connect une fois que l'utilisateur synchronisera son appareil". Mais, pour l'instant, de nombreux utilisateurs font état de l'impossibilité de synchroniser leurs données de tracking.

Garmin ne fournit pas seulement des équipements aux particuliers férus de course à pied, de cyclisme ou de natation. La société basée dans le Kansas exploite également des infrastructures de données critiques pour l'automobile, l'aviation et la marine ainsi que pour les entreprises spécialisées dans la santé. Des informations qui pourraient se révéler particulièrement intéressantes pour les hackers.

En août 2018, le Pentagone a d'ailleurs interdit l'usage d'accessoires équipés d'un GPS comme les montres ou les bracelets de suivi fitness aux militaires sur les zones d'opération confidentielles. Le département de la défense américain craignait que les soldats ne soient trop facilement localisables. Une crainte provoquée en partie par les travaux d'un chercheur qui a révélé une carte créée à partir des localisations des utilisateurs de l'application sportive Strava permettait de trouver la position de soldats américains et de leurs alliés en Afghanistan, en Irak et en Syrie.

Il s'agirait d'un ransomware
Garmin n'a pas précisé l'incident à l'origine de cette panne informatique. Mais d'après des sources citées par Techcrunch, il s'agirait d'un ransomware. Ce type de malware paralyse un système en chiffrant l'intégralité des fichiers qui s'y trouvent. Il propose ensuite à la victime de lui fournir la clé qui permettra de déchiffrer ses données contre une rançon, payable généralement en bitcoins (donc impossible à annuler une fois payée).

L'entreprise américaine s'ajoute à la longue liste des entreprises touchées par des cyberattaques cette année. Début mars, une cyberattaque contre Visser Precision, fabricant de pièces détachées pour l’automobile et l’aéronautique, a conduit à des fuites de données impactant notamment Tesla, SpaceX, Boeing et Lockheed Martin, tous clients de la société. En pleine pandémie de Covid-19, c'est le ministère américain de la Santé qui a subi une attaque par déni de service distribué (DDoS), qui consiste à tenter de rendre un système d'information indisponible en le surchargeant de requêtes de connexion. D'après le FBI, les cyberattaques enregistrées en 2019 aux Etats-Unis ont engendré une perte de plus de 3,5 milliards d'euros pour les entreprises et les individus.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media