Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Gaspillage alimentaire : la pépite Phenix étend son empreinte en Europe

La start-up française Phenix, spécialiste des solutions dans la lutte contre le gaspillage et des invendus alimentaires, se renforce sur le continent européen. La pépite, qui vise une dizaine de pays à l’horizon 2023, ambitionne de devenir une licorne européenne à impact.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Gaspillage alimentaire : la pépite Phenix étend son empreinte en Europe
Gaspillage alimentaire : la pépite Phenix étend son empreinte en Europe © Phenix

Déjà présente au Portugal, la pépite française Phenix a annoncé ce 10 mars accélérer sur le continent européen. Elle souhaite renforcer sa présence en Espagne, et révèle également un déploiement en Belgique et en Italie. "Notre objectif est de lancer nos solutions tech partout en Europe pour réduire d'abord le gaspillage alimentaire, puis d'étendre notre gamme de services au secteur non-alimentaire comme on a déjà commencé à le faire en France", précise Jean Moreau, fondateur et dirigeant.

Avec pour ambition de devenir une licorne européenne à impact, Phenix s’allie à une autre pépite, la société espagnole Komefy, basée à Madrid. Cette application "anti-gaspi" comptabilise 50 000 utilisateurs actifs et plus de 350 partenaires, dont une vingtaine appartient à "de grands acteurs de l'agroalimentaire" dotés de 10 000 points de vente.

Une plateforme pour digitaliser le don alimentaire
Phenix déploie également ses services en Belgique et en Italie au travers de trois services. Tout d’abord son activité historique, à savoir sa plateforme connectant et digitalisant le don alimentaire entre des professionnels – supermarchés, industriels et producteurs – et les associations caritatives. Elle va par ailleurs déployer sur ces nouveaux marchés son application mobile qui propose la vente à prix cassé des invendus alimentaires des commerçants de quartier aux consommateurs. Enfin, la jeune pousse développe un outil dédié aux promotions intelligentes en magasin, qui prend notamment en compte la météo, la période de l'année ou encore l’historique des ventes précédentes.

Créée en 2014 autour de cette plateforme connectant les acteurs agroalimentaires autour de leurs invendus, Phenix a lancé en 2019 son application mobile, qui comptabilise à date 1,5 millions de citoyens d'agir concrètement en achetant à prix réduit les invendus de près de 6 000 commerces, dont des supermarchés, primeurs, magasins bio, boulangers, épiceries fines, traiteurs, fromagers ou bouchers. Elle est disponible dans une cinquantaine de villes en France, au Portugal et en Espagne.

Danone Manifesto Venture au capital
Ce déploiement s’inscrit dans un contexte de crise sanitaire qui accroit la précarité alimentaire et affecte le pouvoir d'achat des consommateurs. Selon l'institut Eurostat, 33 millions d'Européens ne peuvent pas faire plus d'un repas de qualité tous les deux jours, faute de moyens. Phenix répond par ailleurs à des enjeux environnementaux et sociétaux. On estime à 88 millions de tonnes la nourriture qui est jetée chaque année en Europe, selon un rapport du Parlement Européen.

Phenix affirme avoir permis de sauver 115 millions de repas de la poubelle depuis sa création en 2014, avec en moyenne 120 000 repas sauvés par jour. La start-up a enregistré une forte croissance et la multiplication par 6 des transactions sur son application en 2020.

Elle vise "sauver" plus de 450 000 repas par jour dès 2023 et une présence dans 10 pays européens d'ici 2023, avec le soutien de ses clients internationaux, comme Danone, Sodexo et Casino. Soutenue par Bpifrance et Arkéa, elle avait levé 15 millions d’euros en 2018, puis avait bouclé un nouveau tour de table en février 2020 auprès de Danone Manifesto Ventures, dont le montant est resté confidentiel.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.