Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment l'IA de GE Healthcare améliore la gestion des flux de patients à l'hôpital

Le système de gestion des flux de patients dans les hôpitaux, proposé par GE Healthcare depuis deux ans, arrive en Europe, dans le Bradford Royal Infirmary en Angleterrre. Cette solution, basée sur l’agrégation des applications internes à l’hôpital et l’intelligence artificielle, permet de réduire le temps d’attente des patients et d’augmenter la capacité des hôpitaux.  

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment l'IA de GE Healthcare améliore la gestion des flux de patients à l'hôpital
Comment l'IA de GE Healthcare améliore la gestion des flux de patients à l'hôpital © GE Healthcare

"Les flux d’un hôpital sont très complexes", explique à l’Usine Digitale Laurent Dubois, CEO de GE Healthcare Partners. "C’est comme un aéroport où les gens arriveraient à n’importe quelle heure, sans savoir quel vol ils prennent." Pour simplifier cette gestion des flux, GE Healthcare a développé une solution qui offre une vision en temps réel des différentes données d’un hôpital et qui les analyse pour aider les personnels de santé à les gérer et augmenter la capacité de l'établissement.
 

Le premier "centre de commande de capacité" a ouvert à l’hôpital John Hopkins de Baltimore, en décembre 2016. La solution arrive aujourd'hui en Angleterre, au sein du Bradford Royal Infirmary, pour gérer en temps réel les 800 lits de l'hôpital.

 

Jumeau virtuel

Pour optimiser la gestion des flux, GE Healthcare installe un poste de commande dans l’hôpital. "Je préfère l’appeler centre de transparence et de coordination", précise Laurent Dubois. Ce QG permet de centraliser les nombreuses applications déjà présentes dans les hôpitaux, comme celles relatives aux transports et aux soins, et celle apportées par l’entreprise, qui permettent notamment d’augmenter virtuellement la capacité du centre de soins.

 

Cette technologie passe par la création d’un "jumeau virtuel" de l’hôpital, avant même l’installation du centre de commandement. C’est un double parfait qui utilise les données récupérées en temps réel par les applications de l’hôpital et qui permet d’analyser les changements produits dans tout le centre de soins par la modification de certains paramètres, comme les heures de repas ou même le degré de prise de décision des infirmières. Une fois le système intégré à l’hôpital, ce jumeau virtuel permet d’anticiper certains événements, grâce au machine learning.

 

Logiciel et conseil

"On arrive à créer des lits virtuels", explique le CEO de GE Healthcare Partners. Deux ans après avoir équipé l’hôpital de Baltimore, l’entreprise annonce qu’il a réduit les temps d’attente de 25% à l’admission et de 75% pour les lits post-opératoires. Ces temps d’attente réduits, ainsi que les différentes aides apportées par le système aux personnels de soins, permettent d’accueillir plus de personnes par jour.

 

"À partir d’une certaine fréquentation de l’hôpital, on arrive à un niveau d’héroïsme des personnels de santé", remarque Laurent Dubois. "Notre solution vient en support à ces personnels, ne leur ajoute pas de charge de travail et est créée en dialogue avec lui. On est sur une double solution, software et conseil." Car lors de l’installation de sa solution dans un hôpital, qui dure de 9 à 18 mois, une dizaine d’employés de GE Healthcare "travaille de manière extrêmement proche avec les personnels de santé pour créer sur place l’application qui répond à leurs besoins, qui sont différents selon les hôpitaux, et pour ensuite les former".

 

"On parle avec de nombreux hôpitaux en Europe"

Si la solution de GE Healthcare a été développée dans une dizaine de centres hospitaliers, son implantation dans le Bradford Royal Infimary anglais est un premier pas de son arrivée en Europe. Facturée à environ 5 millions d’euros, pour une plateforme de petite envergure, jusqu’à 25 millions pour un système qui intègre plusieurs hôpitaux, la solution intéresse de nombreux hôpitaux européens.

 

"On parle avec de nombreux hôpitaux en Europe – en Allemagne, en Scandinavie, au Benelux ou en France", annonce Laurent Dubois, sans donner d’information sur le prochain hôpital qui sera équipé de l’innovation de GE Healthcare.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale