Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

General Motors veut commercialiser des véhicules autonomes auprès du grand public d'ici 2030

Vu ailleurs Mary Barra, la PDG de General Motors, voit les choses en grand. Elle souhaite commercialiser des véhicules autonomes auprès du grand public d'ici 2030. Une ambition qui diffère de celle d'autres constructeurs qui pensent que ces technologies seront, dans un premier temps, utilisées dans le cadre de services de mobilités. General Motors pense profiter des développements menés par Cruise dans ce domaine. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

General Motors veut commercialiser des véhicules autonomes auprès du grand public d'ici 2030
General Motors veut commercialiser des véhicules autonomes auprès du grand public d'ici 2030 © Nabil Shash: Shash Photography

General Motors ne planche pas sur des technologies de conduite autonome uniquement pour alimenter des services dédiés à la mobilité des personnes ou des biens. Le constructeur automobile souhaite commercialiser des véhicules autonomes, équipés de la technologie de Cruise, auprès du grand public d'ici 2030. Cette annonce, relevée par TechCrunch, a été faite par Mary Barra la PDG de GM au détour d'une conversation qui s'est tenue mercredi 5 mai 2021.

Cruise planche sur la conduite autonome
"J'ai toujours dit que nous avions une sorte de stratégie révolutionnaire et évolutive autour de l'assistance à la conduite jusqu'à l'autonomie complète de niveau 4 et niveau 5 [SAE]", a expliqué Mary Barra. Sa vision diffère par rapport à celle d'autres constructeurs qui pensent que les technologies d'automatisation des véhicules seront réservées dans un premier temps aux services de mobilités. Une des raisons principales étant le coût des véhicules autonomes qui peut être amorti lorsque son usage est partagé.

Derrière la vision de GM, se trouve notamment la pépite Cruise. Une start-up dans laquelle GM a investi avant qu'elle ne devienne une filiale à part entière du constructeur automobile en 2016. Elle teste actuellement sa technologie de conduite autonome dans les rues de San Francisco et se prépare à déployer un service de robot taxi probablement dans cette ville. En parallèle, Cruise a aussi noué un partenariat pour déployer un service de robot taxi à Dubaï en 2023 et a dévoilé un véhicule, Cruise Origin, dédié à la mobilité partagée.

GM planche sur des fonctionnalités d'aide à la conduite
General Motors, de son côté, travaille sur un système avancé d'aide à la conduite baptisé Super Cruise et continue de l'améliorer et de l'intégrer à un nombre croissant de véhicules. Mary Barra a d'ailleurs affirmé que GM prévoit de déployer Super Cruise sur 22 modèle d'ici fin 2023.

Super Cruise combine des données cartographiques Lidar, un GPS haute précision, des caméras et capteurs, ainsi qu'un système d'attention du conducteur qui veille à ce que la personne derrière le volant soit attentive, détaille TechCrunch. Contrairement à l'Autopilot de Tesla, les conducteurs n'ont pas l'obligation d'avoir leurs mains sur le volant, mais doivent rester attentifs à la route. GM travaille actuellement à rendre le système effectif dans les centres urbains.

Intégrer la technologie Cruise dans les véhicules privés
"Cruise est vraiment concentré sur l'autonomie complète, mais avec Super Cruise nous continuons d'ajouter de plus en plus de fonctionnalités, a résumé Mary Barra. Notre vision finale est que ce système [Super Cruise] permette un transport mains libres dans 95% des scénarios de conduite". Elle a ajouté que l'architecture "'Vehicle Intelligence Platform' (VIP), qui connecte chaque système du véhicule dans un seul réseau avancé à haute vitesse et très sécurisé" est ce qui rend possible les améliorations futures de Super Cruise.


L'architecture VIP dispose de 4,5 téraoctets de puissance de traitement de données par heure, soit une multiplication par cinq par rapport à l'architecture précédente de GM, a détaillé Mary Barra. Cette capacité est suffisante pour gérer tous les chargements de données des systèmes d’assistance à la conduite, la propulsion électrique, les mises à jour en direct de chaque module du véhicule et lire différentes fonctionnalités embarquées dans le véhicule. Cela permettra aussi au constructeur de développer de nouvelles applications qui pourront être commercialisées auprès des clients. D'ici la fin 2023, VIP équipera 7 millions de véhicules et 38 modèles.

En fin de compte, Mary Barra souhaite intégrer la technologie de conduite autonome développée par Cruise sur des véhicules privés. "Il reste encore beaucoup à faire, mais je pense que nous aurons des véhicules autonomes personnels et que cela proviendra des compétences que nous avons chez Cruise ainsi que des compétences que nous avons en tant que constructeur automobile pour être vraiment bien positionné pour ravir les clients de ce point de vue", a-t-elle expliqué. Elle a aussi ajouté que ces nouvelles technologies offraient des opportunités pour mettre en place des offres d'abonnements.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.