Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Getty Images interdit les images générées par des systèmes d'intelligence artificielle

Vu ailleurs Avec la multiplication des outils, Getty Images a décidé d'interdire les images générées à l'aide de systèmes d'intelligence artificielle sur son site. L'agence souhaite protéger ses clients face aux nombreuses questions relatives aux droits d'auteur que soulèvent ces générateurs de contenu, sachant qu'ils sont entraînés à partir d'œuvres créées par des artistes, bien souvent sans leur consentement et sans leur attribué aucun crédit. Une interdiction qui semble toutefois difficile à mettre en application.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Getty Images interdit les images générées par des systèmes d'intelligence artificielle
Getty Images interdit les images générées par des systèmes d'intelligence artificielle © OpenAI

De nombreuses questions relatives aux droits d'auteur sont soulevées avec les images générées par l'intelligence artificielle. La banque d'images Getty Images a donc décidé d'interdire le chargement et la vente d'images générées par des outils comme DALL-E, Midjourney, Stable Diffusion ou Make-A-Scene. Avec ces outils, il suffit de décrire l'image souhaitée pour que le logiciel génère le contenu.

Il s'agit d'une des plus grandes banque d'images à introduire une telle interdiction, rapporte The Verge. Des sites comme Newgrounds, PurplePort et FurAffinity ont déjà pris une décision similaire.
 

Protéger ses clients

Le PDG de Getty Images, Craig Peters, a justifié cette décision par des préoccupations concernant la légalité du contenu généré par l'IA et la volonté de protéger ses clients. "Il existe de réelles inquiétudes concernant le droit d'auteur pour les résultats issus de ces modèles et des questions juridiques non résolues concernant le respect des images, les métadonnées de l'images et les personnes contenues sur l'image", explique-t-il. Getty Images explique prendre un positionnement proactif en faveur de ses clients en interdisant de telles images.

Craig Peters a refusé de dire si son agence a fait l'objet de recours juridique concernant la vente de contenus générés par l'IA. Il a déclaré qu'un tel contenu était "extrêmement limité" sur la plateforme et a répété son affirmation selon laquelle la société introduisait cette politique pour éviter les risques en matière de réputation et d'image de marque et pour protéger les clients. Son concurrent Shutterstock n'a pas introduit de politique spécifique à ce sujet mais semble limiter certaines recherches de contenus générés par des intelligences artificielles, ajoute The Verge.

Un débat sur la propriété intellectuelle

Si la décision est prise de ne pas proposer des images générées par des intelligences artificielles, son application semble plus compliquée. Craig Peters a expliqué que Getty Images s'appuiera sur les utilisateurs pour identifier et signaler ces images. Il a ajouté travailler avec l'association C2PA (Coalition for Content Provenance and Authenticity) afin de créer des filtres. Mais il semble compliqué de mettre au point un filtre automatisé fiable.

Les personnes et entreprises derrières ces générateurs d'images assurent que la technologie est légale. Mais cette légalité pourrait être contestée. Des logiciels comme Stable Diffusion sont entraînés sur des images protégées par le droit d'auteur provenant du Web, dont des blogs d'arts personnels, des sites d'actualités et des sites de photos comme Getty Images. Si la pratique du "scraping" qui consiste à extraire tout un tas de contenus sur des sites Internet est légale, elle soulève de nombreuses questions éthiques et juridiques concernant l'usage qu'il en est fait.

Une partie des artistes dont les images ont été utilisées pour entraîner les algorithmes et qui sont donc imités lors de la génération de contenu appellent à l'adoption d'une nouvelle réglementation. Cela amène à se poser des questions sur le fait de savoir si ces générateurs sont un danger pour les créateurs de contenus ou permettent au contraire de développer un art nouveau. Le droit va sans doute devoir se saisir de ce sujet pour définir les contours des droits d'auteurs pour ces images générées par l'IA mais également pour les contenus servant à alimenter les algorithmes générant ces images.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.