Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Gillig et RR.AI souhaitent développer des bus autonomes

Le fabricant américain de bus Gillig se tourner vers RR.AI, une filiale de Robotic Research, pour automatiser ses bus. A terme le but est de déployer de tels bus dans des villes d'Amérique du Nord. Les partenaires travaillent également aux développements de systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) pour ces bus.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Gillig et RR.AI souhaitent développer des bus autonomes
Les véhicules sur lesquels Robotic Research implémente sa technologie de conduite autonome. © Business Wire

Gillig se rapproche de RR.AI pour concevoir des bus autonomes. Le fabricant américain de bus a annoncé le 10 janvier 2022 vouloir développer et tester des systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) et des technologies de conduite autonome pour les bus de transport de passagers. Les partenaires souhaitent mettre au point des bus avec un système de conduite autonome de niveau 4 SAE. Pour y parvenir, ils entendent combiner les technologies de RR.AI avec l'expertise de Gillig dans les transports en commun.

Transposer des fonctionnalités existantes sur des bus
RR.AI est une division de Robotic Research qui a annoncé une levée de fonds en série A de 228 millions de dollars en décembre dernier. Cet apport financier, notamment réalisé auprès de SoftBank Vision Fund 2, vise à aider l'entreprise à industrialiser et commercialiser sa technologie de conduite autonome. L'entreprise, plus largement spécialisée dans les solutions robotiques et de mobilité autonomes, compte parmi ses clients le département de la Défense américain. Henry Crown and Company, qui est propriétaire de Gillig, a également investi dans Robotic Research.

Gillig et RR.AI expliquent vouloir développer et tester divers fonctionnalités concernant la sécurité comme le freinage d'urgence automatique, le stationnement de précision à l'entrepôt et à la gare routière, la détection dans les angles morts, l'évitement des piétons, etc. Ces technologies sont fréquemment utilisées dans les véhicules particuliers, mais bon nombre d'entre-elles "n'ont pas été largement déployées jusqu'à présent sur les véhicules utilitaires lourds", tempère Gillig.

Les bus autonomes séduisent
Les partenaires souhaitent également développer des capacités de conduite autonome pouvant être déployées lors de certaines opérations de transport ou dans des dépôts pour aider les bus électriques à se recharger. Gillig entend proposer ces fonctionnalités dans ses propres bus et précise que son futur bus 100% électrique sera l'un des premiers à bénéficier de ce partenariat. A terme, l'objectif est de déployer leurs bus autonomes dans divers villes d'Amérique du Nord. Toutefois aucun calendrier de déploiement ou d'essais n'est précisé.

Ce ne sont pas les seuls à se pencher sur ce sujet. A l'origine les technologies de conduite autonome ont plutôt été implémentées sur des navettes comme l'ont fait les français Navya et EasyMile. Mais, de plus en plus d'acteurs semblent vouloir mettre au point des bus autonomes que ce soit pour automatiser les opérations de stationnement dans les dépôts ou, à plus long terme, parvenir à transporter de nombreux passagers à leur bord. Les fabricants de navettes autonomes français se penchent désormais sur ce sujet. En France, la RATP teste un premier bus provenant de Chine sur une ligne en région parisienne.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.