Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Gitex 2018] Taxis et stations de police autonomes, application de MaaS… ces technos aperçues à Dubaï

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le Gitex est toujours l'occasion pour les services de Dubaï de dévoiler leurs dernières innovations. Cette année la police de Dubaï a dévoilé une station autonome pendant que la RTA, l'autorité des transports, annonce vouloir se doter d'une flotte de taxis autonomes en 2020.

Taxis et stations de police autonomes, application de MaaS… ces technos aperçues à Dubaï
La police de Dubaï a dévoilé à l'occasion du Gitex un "self driving police station", ou une station de police autonome. © Léna Corot

A l'occasion du Gitex 2018, la police de Dubaï, qui avait déjà innové l'année dernière en présentant notamment son hoverbike, a dévoilé  l'autonomous self driving police station, une station de police autonome, en français. "L'idée est que cette station de police mobile puisse être appelée par les citoyens à l'aide de l'application de la police de Dubaï", explique à L'Usine Digitale le capitaine Essa Ibrahim Basaeed.

 

Une mise en service en 2020 ?

Il précise que l'idée est d'avoir une flotte de postes de police autonomes pouvant se déplacer à la demande. Le design intérieur et extérieur de ce premier prototype exposé au Gitex pourra changer d'ici sa mise en service prévue pour 2020, espère la police de Dubaï. Pour l'instant le véhicule électrique peut- ouvert à l'aide d'une carte d'identité ou via un système de reconnaissance faciale. La station de police sur roues est connectée directement au centre de commandement de la police de Dubaï ainsi qu'à son centre de contrôle.

 

Des caméras surveillent l'extérieur et l'intérieur du véhicule qui est aussi bardé de capteurs pouvant détecter les mouvements, la fumée et la température. A l'intérieur, "un ordinateur" doté d'un écran tactile et qui ressemble très fortement à un distributeur automatique de billet, permet aux citoyens de réaliser les tâches qu'ils souhaitent. Pour cela, "ils doivent se connecter en scannant leur passeport", explique le capitaine Essa Ibrahim Basaeed. Le citoyen peut ensuite "régler une amende par carte ou en liquide, déposer une plainte qui est instantanément transmise au commissariat de Dubaï ou encore dénoncer une infraction", liste le capitaine Essa Ibrahim Basaeed. Un officier peut même demander plus de détails si besoin.

 

 

Une flotte de taxis autonomes

Autre innovation dubaïote présentée pour la première fois à l'occasion du Gitex : le taxi autonome développé sous l'égide de la Roads and Transport Authority (RTA), l'autorité des transports de Dubaï. "Ce taxi autonome est testé sur routes fermées depuis le premier trimestre 2018", explique à L'Usine digitale un porte-parole de la RTA.

 

"Le taxi est équipé du software développé par DG World ainsi que de ses capteurs, Lidar et autres radars", explique-t-il. Le véhicule autonome roule, pour l'instant, à 35 km/h dans la zone baptisée "Dubai Silicon Oasis Authority" qui est détenue par le gouvernement. La RTA espère que "le taxi autonome entrera en circulation en 2020 avec des clients à l'intérieur", précise le porte-parole de la RTA. Et "le gouvernement souhaiterait qu'en 2030, 25% du parc de taxis à Dubaï soit constitué de véhicules autonomes", ajoute-t-il.

 

 

S'Hail, l'application MaaS de Dubaï

Plus concrète que les véhicules autonomes dont rêve le gouvernement, l'application de MaaS (Mobility as a Service) S'Hail est téléchargeable depuis octobre 2017. Cette dernière regroupe les moyens de transports en commun de Dubaï ainsi que les taxis, les véhicules de Careem et les Uber. Assez simplement, il suffit de notifier le trajet qu'on veut réaliser et S'Hail propose les différents moyens pour se déplacer, ainsi que le prix.

 

"Cela a pris presqu'un an et demi pour avoir tous les acteurs sur l'application, que ce soit les acteurs publics et privés", explique à L'Usine Digitale Antoine Helou, marketing manager chez S'Hail. Mais pour l'instant, il n'est pas possible de payer ses titres de transport ou son taxi via l'application. S'Hail renvoie par exemple vers l'application de Uber ou celle de Careem. "On espère avoir un système de paiement intégré pour tous les moyens de transport d'ici février 2019", annonce Antoine Helou. Ce dernier explique qu'ils forment les chauffeurs de taxi afin qu'ils comprennent que lorsqu'ils prennent un client via l'application S'Hail, ce dernier aura déjà payé sa course. En attendant, avec 212 000 téléchargements, S'Hail est déjà "l'application de la RTA qui a le plus de succès", assure Antoine Helou.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale