Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google à l'assaut de l'industrie auto

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google à l'assaut de l'industrie auto
Google à l'assaut de l'industrie auto © Google

Ce sont les utilisateurs qui, les premiers, ont ouvert la porte de leur véhicule à Google. Smartphone en poche, ils ont trouvé leur itinéraire grâce à Google maps. Puis vérifié le trafic en temps réel sur Waze, une app fondée sur le crowdsourcing, acquise par Google. Ne laissant aucune chance aux GPS intégrés. Connectés en Bluetooth, les mobiles ont aussi joué le rôle d’autoradio, de télévision et de console de jeux. Google a ainsi engrangé de nouvelles données. Le géant du numérique ne cherche pas à détruire l’industrie automobile, seulement à la tordre à son avantage pour en tirer cette substantifique et précieuse moelle du XXIe siècle : la data. Il n’est pas le seul.

Apple et Microsoft rêvent aussi d’intégrer leur système d’exploitation au véhicule en symbiose avec l’OS des mobiles. Android Auto pour Google, CarPlay pour Apple. Mais Google ne s’arrête pas là. Il veut se glisser entre l’automobiliste et son constructeur. Selon Oussama Ammar, cofondateur de TheFamily, il pratiquerait un lobbying intense auprès de l’assurance automobile. Pourquoi les compagnies ne s’adresseraient-elles pas à lui pour peaufiner contrats et tarifs ? Il maîtrise toutes les données sur le conducteur : son état de santé, son identité, ses trajets… Le coup de maître de Google est son véhicule autonome. En 2010, à la surprise générale, il s’éloigne de son moteur de recherche et développe une voiture sans conducteur. Les railleries n’ont pas manqué, en particulier en provenance du secteur automobile.

Piqués au vif, les constructeurs rappellent que Google n’a rien inventé et mettent les bouchées doubles pour présenter à leur tour un modèle autonome. Jusqu’à l’incroyable Mercedes F015, carrosse autonome présenté au CES 2015. L’industrie automobile gonfle le torse. Mais Google, lui, doit sourire. La F015 accueillera comme dans un salon des passagers avides de jeux, pressés de se réunir en visioconférence, enclin à échanger avec leurs familles ou à consulter leur boîte mail. Ils abreuveront ainsi le géant californien des données qu’il affectionne tant. Face à ce succès, il pourrait même créer une société pour vendre son système de conduite autonome en marque blanche et… l’analyse des données récoltées.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale