Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google a retiré 1,75 milliard de liens de ses résultats de recherche pour atteinte au copyright américain

Google traite depuis 2012 les requêtes en infraction du droit de copyright numérique américain. En quatre ans, il a supprimés 1,75 milliard de contenus à la suite de ces demandes, sur près de 890 000 de sites !
mis à jour le 14 septembre 2016 à 12H16
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Google a déréférencé 1,75 milliard de liens
Google a retiré 1,75 milliard de liens de ses résultats de recherche pour atteinte au copyright américain © Pixabay - Image libre de droits https://pixabay.com/en/google-www-online-search-search-485611/

Google a supprimé de son moteur de recherche, un total de 1,75 milliard de liens sur 888 000 sites, dont le contenu enfreint la loi américaine sur le copyright en ligne (le Digital Millennium Copyright Act). D’impressionnantes données compilées depuis que le géant a commencé à traiter de telles requêtes, en juillet 2012, et qu’il propose de façon détaillée en ligne. Il est par exemple possible d’interroger le site sur les requêtes envoyées par une société donnée.

 

Une procédure rodée

Les détenteurs de copyright qui estiment que leur droit est bafoué envoient une notice détaillée à Google qui vérifie que le dossier est complet et ne soulève pas de problème majeur. Si c’est le cas, et en l’absence d’autre solution, le géant supprime la référence à l’adresse incriminée dans son moteur, et prévient le présumé contrevenant. Google peut aussi décider d’exclure d’AdSense, pour les mêmes raisons, des annonceurs qui enfreindraient cette loi sur le copyright. Enfin, l’administrateur du contenu peut envoyer une contre-notification au Californien afin de plaider sa cause et de voir son document, sa vidéo, sa musique réhabilités.

 

97% des demandes acceptées

Sur l’ensemble des requêtes que Google a reçues durant ces quatre années, 40 millions ont été rejetées et 16 millions n’étaient que des doublons, soit à peine un peu plus de 3% du total des demandes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale