Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google abolit la publicité sur les traitements expérimentaux non prouvés

Google interdit désormais la publicité pour des traitements médicaux non prouvés ou expérimentaux, comme les thérapies par cellules souches ou géniques. Cette annonce, faite le 6 septembre 2019, embrasse la problématique plus large des fakes news dans le domaine médical qui pullulent sur Internet. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google abolit la publicité sur les traitements expérimentaux non prouvés
Même si ces règles vont être applicables en France, elles visent surtout les Etats-Unis où ces thérapies sont retrouvent en vente très facilement. © Pixabay

"Nous avons assisté à une augmentation du nombre de mauvais acteurs tentant de tirer profit des individus en proposant des traitements trompeurs non testés", a déclaré Google, le 6 septembre 2019, dans son communiqué dans lequel il annonce une révision de ses règles en matière de publicité.

 

Le géant américain a décidé d'interdire la publicité pour des traitements médicaux non prouvés ou expérimentaux comme les thérapies par cellules souches, les thérapies cellulaires et les thérapies géniques. Sont également bannies les annonces qui proposent la vente de traitements dépourvus de fondements scientifiques ou qui ont été soumis à des tests cliniques mais "insuffisants pour justifier une utilisation généralisée".

 

Une importance capitale aux Etats-Unis

Même si ces nouvelles règles vont être applicables en France, elles visent surtout les Etats-Unis où ces thérapies sont retrouvent en vente très facilement. Une étude parue dans la revue scientifique The Cell, le 30 juin 2016, révélait qu'au moins 351 entreprises vendaient à 570 cliniques des soins basés sur des cellules souches qui n'ont pas été autorisés par l'Agence américaine des médicaments (FDA).

 

Mais la firme ne compte pas tout interdire. Elle continue d'autoriser les publicités visant à recruter des personnes pour des essais cliniques et la promotion de résultats scientifiques. Google estime, en effet, qu'il existe "de bons acteurs dans ce domaine, effectuant des recherches importantes susceptibles de conduire à des avancées majeures en médecine".

 

La problématique des fakes news dans le domaine médical

Cette annonce s'inscrit dans la problématique plus large des fakes news dans le domaine de la santé, notamment sur la vaccination. Récemment, le 4 septembre 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est félicitée de l'engagement pris par Facebook de "veiller à ce que les utilisateurs du réseau social trouvent des informations factuelles sur les vaccins par l’intermédiaire des fonctions de recherche, des groupes, des pages et des forums (…) lorsqu’ils recherchent informations et conseils".

 

Concrètement, aux Etats-Unis, les internautes seront renvoyés vers les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Pour les personnes extérieures, l'OMS servira d'intermédiaire pour recevoir des données exactes. 

 

Lutter contre les "antivax" sur Internet

Cela fait plusieurs années que cette institution internationale se bat pour que les réseaux sociaux ne soient plus en proie aux anti-vaccins. "Les grandes entreprises du numérique ont une responsabilité envers leurs utilisateurs", déclare-t-elle.

 

En avril 2019, l'OMS demandait justement à Facebook de prendre des engagements sur la multiplication des groupes contre les vaccins. Un mois plus tard, le réseau social annonçait qu'il allait diminuer le référencement de ces pages et que son outil publicitaire allait filtrer les informations erronées sur ce sujet.

 

Les requêtes anti vaccination ont progressé de 130 %

Selon une information du Figaro, le nombre de requêtes anti vaccination tapées dans la barre de recherche Google, au cours des cinq dernières années, a progressé de 130%. Et les conséquences sont inquiétantes. Même si ce chiffre ne peut être entièrement imputé à la montée de ces discours, les cas de rougeole ont augmenté de 30% dans le monde alors que certains pays étaient en passe d'éliminer cette maladie (chiffre de l'OMS).

 

Le sujet reste d'actualité. La preuve en est du thème choisi pour le Sommet mondial sur la vaccination, qui s'est tenu le 11 août 2019, à Bruxelles : la lutte contre la désinformation qui, aujourd'hui, passe avant tout par les canaux numériques.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale