Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google Cloud débauche un ancien ingénieur d'Intel pour concevoir un SoC pour ses serveurs

Google Cloud a recruté un ingénieur d'Intel pour développer en interne un SoC (puce intégrant plusieurs composants complexes) pour ses serveurs. L'objectif est de renforcer ses capacités de calculs, se différencier de ses concurrents et réduire sa dépendance à ses fournisseurs traditionnels : Intel et Nvidia.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google Cloud débauche un ancien ingénieur d'Intel pour concevoir un SoC pour ses serveurs
Google Cloud débauche un ancien ingénieur d'Intel pour concevoir un SoC pour ses serveurs © Google Cloud

La mode est à la conception de ses propres puces. Allant dans ce sens, Google Cloud a débauché un ancien ingénieur d'Intel : Uri Frank. L'homme, qui a près de 25 ans d'expérience dans le design personnalisé de CPU, va diriger une nouvelle entité de Google Cloud en Israël et sera vice-président de l'ingénierie pour la conception de processeurs destinées aux serveurs.

Google rappelle avoir déjà mis au point plusieurs circuits intégrés spécifiques comme le Tensor Processing Unit en 2015, qui est conçu pour la recherche vocale en temps réel, la reconnaissance d'objet sur des photos et la traduction interactive. En 2018, Google a dévoilé les Video Processing Units (VPUs) qui améliorent la distribution de vidéo à travers une large gamme de formats et viennent répondre à la demande croissante pour la communication vidéo en direct. Enfin, en 2019 Google Cloud a dévoilé son projet Open Titan qui repose sur un design open source.

Un System on a chip comme successeur des TPU et VPU
Jusqu'à présent, pour ses serveurs, Google Cloud utilisait une carte mère pour intégrer des composants provenant de différents fabricants : CPU, carte réseau, périphériques de stockage, accélérateurs spécifiques, mémoire, etc. Mais ce n'est plus suffisant. Pour améliorer les performances de ses centres de calcul et réduire la consommation, il est nécessaire d'intégrer plus profondément l'ensemble des composants. Google veut donc mettre au point un SoC (system on a chip), qui regroupe tous les composants sur une seule puce : CPU, GPU, DSP, RAM, etc. Les SoC ont été popularisés par les smartphones, mais leurs performances en font désormais selon Google, des candidats pour une utilisation intensive en data center.

Les puces développées en interne et optimisées pour des besoins précis sont un moyen pour les grandes entreprises technologiques d'améliorer leurs performances et de renforcer leurs capacités par rapport à leurs concurrents... Si elles sont suffisamment bien conçues, ce qui n'est pas chose aisée. C'est aussi et surtout une façon pour elles de limiter leur dépendance aux deux géants de ce secteur que sont Intel et Nvidia. Google n'est pas le premier à travailler sur ce sujet. Par exemple, Amazon a développé ses propres processeurs pour équiper ses data centers et Apple a récemment présenté trois ordinateurs équipés d'un processeur maison sous architecture ARM (dérivé de ceux de ses smartphones).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.