Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google Cloud lance Lending DocAI, un outil d’analyse automatique des justificatifs de prêt bancaire

Vu ailleurs Google Cloud annonce la commercialisation d’une solution baptisée Lending DocAI. Dédiée aux acteurs de la banque, courtiers en ligne et organismes de crédit, elle s’appuie sur Document AI, un outil qui permet d’analyser des documents considérés comme complexes, puis d’en extraire des données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google Cloud lance Lending DocAI, un outil d’analyse automatique des justificatifs de prêt bancaire
Google Cloud lance Lending DocAI, un outil d’analyse automatique des justificatifs de prêt bancaire © D.R.

Google Cloud a officialisé le 19 octobre le lancement d’un outil baptisé Lending DocAI. Cette solution, qui cible les acteurs de la banque, les courtiers en ligne et les organismes de crédit, permet d’automatiser l’analyse des justificatifs nécessaires à la souscription d’un prêt immobilier.

Il repose sur des modèles d’apprentissage automatique afin d’automatiser l’examen, souvent minutieux et chronophage, des documents nécessaires relatifs à l’identité, aux déclarations fiscales ou encore aux actifs.

Répondre aux exigences réglementaires et de conformité
La solution utilise la reconnaissance optique de caractères (OCR) –  technologie propriétaire de Google – et l’analyse de langage naturel. Cette optimisation de la capture des données permet, outre la réduction du temps consacré au traitement des documents, de diminuer les coûts en supprimant le contrôle manuel des nombreux documents demandés par les organismes prêteurs.

Selon Google Cloud, les équipes peuvent alors "se concentrer sur les décisions à plus forte valeur ajoutée". Du côté des clients, le but est d’accélérer les demandes de prêt, et d’améliorer une expérience longue et souvent anxiogène.

L’autre principal bénéfice de Lending DocAI est de permettre aux professionnels du crédit immobilier de répondre aux exigences réglementaires et de conformité. Pour rappel, l’octroi d’un prêt immobilier ou d’une assurance est conditionné entre autres à la vérification de l’identité du souscripteur. En Europe par exemple, le règlement LCB-FT et les obligations de KYC (Know Your Customer) visent par exemple à lutter contre le blanchiment des capitaux. Pour Google Cloud, cette technologie contribue à "réduire les risques et améliorer la conformité en tirant parti d'une somme de technologies", comme le contrôle et la transparence d'accès aux données, mas aussi l’hébergement des données.

200 langues typographiques et 50 langues manuscrites
Google Cloud propose déjà une solution baptisée Document AI, permettant d’analyser des documents considérés comme complexes, puis d’en extraire des données. La principale nouveauté est pour le géant américain de proposer désormais cet outil à un secteur dédié, avec pour objectif de fournir "les bons outils aux emprunteurs et aux prêteurs pour avoir une meilleure expérience et conclure des prêts hypothécaires dans des délais plus courts, au profit de toutes les parties concernées", explique Sudheera Vanguri, chef de produit Google.

Dirigé par Thomas Kurian, Google Cloud développe de plus en plus de solutions complètes pour les entreprises par verticales, selon Techcrunch, qui rappelle que la société a de fortes ambitions en matière de revenus tirés de ces offres. Retail, télécoms, juridique, secteur bancaire… Cette stratégie semble pour le moment payante pour Google qui affiche des revenus en croissance de 43% pour le  dernier trimestre. Google Cloud compte également sur sa notoriété pour convaincre les entreprises d’adopter Document AI face à des concurrents très nombreux mais bien moins connus.

Lending DocAI n’est pour le moment accessible que sur demande, précise la société qui ajoute que la solution prend en charge 200 langues typographiques et 50 langues manuscrites. Chacun peut tester la solution sur une page dédiée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media