Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google comme si vous y étiez

Dans le film "Les Stagiaires", sorti en salles le 3 juillet 2013, Owen Wilson et Vince Vaughn tentent de décrocher un emploi chez Google. La comédie, qui dépeint deux quadragénaires à la découverte du monde du numérique, offre une amusante visite guidée du campus du géant de l’internet tout en nourrissant plus largement l’"American Dream".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google comme si vous y étiez
Google comme si vous y étiez

Ils ont perdu leur emploi à cause du numérique, et comptent sur le numérique pour rebondir. Dans le film "Les Stagiaires", sorti le 3 juillet 2013, Nick Campbell et Billy McMahon (Owen Wilson et Vince Vaughn) viennent d’apprendre que le fabricant de montres pour lequel ils travaillent a mis la clé sous la porte. "De nos jours tout le monde regarde l’heure sur son téléphone" justifie leur patron. Malgré leur inexpérience dans tout ce qui touche à l’informatique, les deux amis postulent chez Google. Ils sont pris à l’essai, mais les candidats sont nombreux et une série d’épreuves a été organisée pour départager la centaine de stagiaires. Pour avoir une chance de décrocher un emploi, surtout face à des jeunes surdoués de l’informatique, Nick et Billy devront se familiariser avec l’univers numérique.

Le chargé de recrutement, interprété par Aasif Mandvi, les avertit : "chez Google, il faut avoir la 'Googlitude'". Autrement dit la Google attitude. Mais ça ne s’acquiert pas du jour au lendemain, et les deux quadragénaires vont se retrouver plongés dans un monde qui leur est totalement inconnu : celui des 'geeks', de leurs codes et de leurs références. Comment disputer une partie de 'Quidditch', par exemple, si l’on n’a jamais entendu parler d’Harry Potter ? Ou "débugger" un logiciel sans aucune notion de programmation ?

Google fait son show

Que l’on soit "geek" ou pas, on prend du plaisir à découvrir l’intérieur du siège de Google, qui a déjà été désigné comme l’une des entreprises offrant les meilleures conditions de travail à ses salariés. Il est vrai que du point de vue du confort, la firme de Mountain View fait fort. Sauna, salle de sport, espaces de repos, nourriture gratuite, pressing à disposition ou encore vélos en libre-service… Dans le film Nick et Billy profitent de tous les avantages offerts par le campus, véritable ville dans la ville, et les situations sont chaque fois très drôles. La plongée dans Google ne cache rien non plus des outils de collaboration et de management de la firme : son site Intranet, ses agendas partagés, ainsi que ses méthodes de recrutement modernes (la visioconférence pour les entretiens de présélection, par exemple).

Ce film offre à Google, qui assure n’avoir pas déboursé un dollar pour cette production, une heure et demie d’écran publicitaire très flatteur. La face plus sombre de l’entreprise, dévoilée par les révélations d’Edward Snowden qui indique comment, avec d’autres, elle participe à un vaste système d’espionnage des citoyens est, elle, parfaitement absente. 

Mais au delà de cette polémique, le film accompagne surtout le parcours de deux hommes qui réalisent leur propre transition vers le numérique. La scène où les stagiaires doivent vendre un contrat de publicité à un gérant de pizzeria en est un bon exemple. Vince Vaughn, qui est aussi le scénariste du film, a voulu montrer que le numérique crée des emplois tout en apportant de nouvelles manières de travailler. Ainsi l’acteur lance-t-il dans une de ses répliques : "des métiers on en a eu des tas, maintenant on se construit un avenir". En ce sens là, il nourrit tout autant le rêve américain qui promet à chacun la possibilité de se construire, d’échouer, de repartir que celui de Google. Si on peut parler d’une entreprise de softpower, cette stratégie d’influence par la culture, le film dépasse largement le cas particulier d’une entreprise pour nous vendre la "Valley" et au-delà l’Amérique. 

Frédéric Parisot

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale