Google devient courtier et s’attaque à un marché immobilier californien en tension

Dans la Silicon Valley, où les prix de l’immobilier n’en finissent plus de s’envoler, Google veut se faire une place en tant que courtier avec son outil Google Compare Mortage.

Partager
Google devient courtier et s’attaque à un marché immobilier californien en tension

Après le shopping en ligne, le service de livraison express, le comparateur de billets d’avion, d’assurances auto... Google s’attaque au marché de l’immobilier. En Californie, il est désormais possible d’effectuer des simulations de prêts et de comparer différentes offres à travers Google Compare Mortgage, a en effet annoncé lundi 23 novembre, dans un billet de blog, le responsable du service dévoilé par la firme de Mountain View.

Il s’agit "d’aider les emprunteurs à prendre des décisions plus informées et confiantes", écrit Nicolas Weng Kan. Mais Google Compare Mortgage n’est pas un simple outil mis à disposition des utilisateurs. C’est un produit commercial. Google entend se financer en instaurant un système payant pour les annonceurs, ce qui n’affectera pas les résultats du comparateur, assure la firme de Mountain View, déjà dans le viseur des régulateurs dans différents pays en raison de pratiques anti-concurrentielles.

Pour développer ce nouvel outil, le géant californien s’est allié aux spécialistes de l’immobilier Zillow et Lendingtree. Google proposait déjà auparavant un simple calculateur de prêt. Mais celui-ci était peu utilisé, près de la moitié des acheteurs américains contractant des emprunts sans s’être auparavant renseignés sur les différentes offres, selon le Bureau de la protection financière des consommateurs (Consumer Financial Protection Bureau).

Des prix de l’immobilier dopés par les salaires de la Silicon Valley et Airbnb

Le service n’est pour le moment disponible qu’en Californie. Un Etat qui n’a pas été choisi au hasard. Outre le fait que Google y ait ses quartiers, le marché de l’immobilier y est en effet particulièrement dynamique. Les prix des transactions continuent d'y grimper. En août, elles ont dépassé les 490 000 dollars (460 000 euros) en moyenne, soit plus du double de la moyenne américaine, selon l’Association californienne des agents immobiliers (California Association of Realtors). Et la Silicon Valley est particulièrement touchée. A San Francisco, ville la plus chère des Etats-Unis avec des transactions qui s’élèvent en moyenne à 1,2 million de dollars, trois ventes sur quatre s’effectuent en moins de deux mois, selon le site spécialisé Trulia.

Les prix y sont dopés par les gros salaires des employés des géants de la tech. Le site de location entre particuliers Airbnb est également point du doigt, accusé de favoriser la hausse des prix de l’immobilier dans la baie en facilitant la location à court terme. Une proposition de loi visant à limiter son activité a par ailleurs été rejetée de peu début novembre. De quoi donner à Google un terrain fertile pour tester son nouveau produit, avant de le déployer dans le reste des Etats-Unis.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS