Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google doit payer une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante en Italie

Vu ailleurs Depuis mai 2019, l'Autorité italienne de la concurrence enquêtait sur l'exclusion d'Android Auto de l'application dédiée aux véhicules électriques Juice Pass, ce qui favorisait Google Maps. Elle vient de conclure que cette stratégie constituait un abus de position dominante de la part de Google, et a infligé à l'entreprise une amende de 102 millions d'euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google doit payer une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante en Italie
Google doit payer une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante en Italie © Firmbee/Pixabay

L'Autorità Garante della Concorrenza e del Mercato (AGCM), l'équivalent de l'Autorité de la concurrence en Italie, a infligé une nouvelle amende à Google de 102 millions d'euros pour abus de position dominante, rapporte Le Figaro.

A l'issue d'une enquête ouverte en mai 2019, elle a conclu qu'à travers "le système opérationnel Android et le magasin d'applications Google Play, Google détient une position dominante (...)". "Il faut rappeler qu'en Italie environ les trois quarts des smartphones utilisent Android", a-t-elle ajouté.

L'application Juice Pass exclue depuis 2 ans
Le contentieux portait sur l'application Juice Pass, développée par la compagnie d'électricité italienne Enel, qui offre "une large gamme de services destinés à la recharge des véhicules électriques qui vont de la recherche d'une borne de recharge à la gestion de la recharge en passant par la réservation d'une borne", détaille l'autorité.

Google a refusé l'utilisation de cette application sur son système Android Auto qui permet à un véhicule de se connecter et d'obtenir de nombreux services. Pour la société américaine, cela revenait à favoriser sa propre application Google Maps, concurrente de Juice Pass. 

Les consommateurs ont un choix limité
Or, à travers ce refus, la firme de Mountain View a "injustement limité les possibilités pour les utilisateurs de l'application d'Enel", a conclu l'AGCM. Cette exclusion dure depuis plus de "deux ans" et a compromis "définitivement la possibilité pour Enel X Italia (la filiale innovation d'Enel, ndlr) de construire une base solide d'utilisateurs à un moment où l'on enregistre une croissance significative des ventes de véhicules électriques". 

En plus de l'amende de 102 millions d'euros, l'autorité italienne a imposé à Google de mettre à la disposition d'Enel "les instruments pour la programmation d'application fonctionnant sur Android Auto". Le respect de cette obligation sera contrôlé par un expert indépendant de l'AGCM "auquel Google devra collaborer et fournir toutes les informations réclamées". 

La place de Google sur le marché de la publicité en cours d'examen
Depuis octobre dernier, l'Autorité italienne de la concurrence enquête également sur la position de Google sur le marché de la publicité à la suite d'une plainte déposée par l'IAB, une organisation regroupant les acteurs de la publicité sur Internet. La procédure est toujours en cours et devrait être clôturée d'ici novembre 2021.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.