Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google dope les microscopes à la réalité augmentée pour mieux détecter les cancers

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Google veut créer des microscopes 4.0 pour aider les professionnels de santé à mieux identifier des pathologies comme les cancers. Des chercheurs travaillant pour le géant technologique ont modifié un simple microscope optique pour lui permettre de reconnaître automatiquement certains tissus cancéreux et de les indiquer visuellement au pathologiste, le tout en temps réel.

Google dope les microscopes à la réalité augmentée pour mieux détecter les cancers
Google dope les microscopes à la réalité augmentée pour mieux détecter les cancers © Google

Google veut moderniser les microscopes optiques pour aider les médecins à mieux détecter les cancers. Des chercheurs du géant technologique sont intervenus le 16 avril lors du congrès annuel de l'association américaine pour la recherche contre le cancer (AACR) pour y présenter un prototype de microscope à réalité augmentée (Augmented Reality Microscope). Il est relié à un système informatique capable d'identifier des cellules cancéreuses grâce à des techniques d'intelligence artificielle, puis de les faire apparaître en surbrillance dans le microscope pour s'assurer que le pathologiste les repère.

 

Démocratiser le deep learning en l'intégrant à l'outil de référence

Le constat de départ qui a mené à ce développement est le fait que les laboratoires et autres centres de santé se reposent principalement sur la visualisation directe des tissus pour identifier les pathologies. Or, si Google aimerait idéalement automatiser au maximum la détection à l'aide de techniques de deep learning, cela nécessite des capacités de numérisation des tissus qui restent encore très peu répandues. Ce microscope est donc un compromis : un outil standard dont disposent même les plus petits laboratoires et dont l'utilisation reste simple, mais qui permet de travailler mieux et plus vite.

 

On en reste au stade de la preuve de concept

Evidemment, il ne s'agit pour le moment que d'un prototype, et on est donc loin d'un hypothétique déploiement à grande échelle. Une première étude est en cours de relecture par un comité d'experts, mais les chercheurs indiquent qu'une étude de plus grande ampleur sera nécessaire pour bien évaluer les performances et les faiblesses du système. Le microscope a été testé sur deux types de cancers pour le moment (un cancer du sein et un cancer de la prostate), avec des résultats jugés satisfaisants. Ses concepteurs se déclarent confiants qu'il pourra être utilisé pour détecter d'autres types de cancers ou de maladies infectieuses comme la tuberculose ou le paludisme. Il pourrait par ailleurs servir dans des domaines autres que le médical, comme par exemple la science des matériaux.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale