Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google est toujours le chouchou des ingénieurs

Dans le classement annuel des entreprises préférées des jeunes ingénieurs, la high-tech confirme sa suprématie. Etonnamment, le secteur de l’automobile conserve des attraits auprès des jeunes ingénieurs. Les grandes entreprises françaises sont absentes dans ce classement qui reste dominé par les grandes entreprises anglo-saxonnes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google est toujours le chouchou des ingénieurs
Google est toujours le chouchou des ingénieurs © Flickr c.c. - Brionv

En matière d’entreprise préférée des jeunes diplômés, les classements publiés par Universum se suivent et se ressemblent. Du moins à la première place, ou Google semble le leader incontesté des jeunes ingénieurs et des jeunes issus des écoles de commerce et management pour la cinquième année consécutive.

Pour les ingénieurs, Google n’est pas seul. Ce sont les entreprises de la high-tech qui confirment leur puissance d’attraction. Quatre entreprises du Top 5 appartiennent à ce secteur :

Google donc, mais aussi Microsoft, IBM et Apple. De quoi réconcilier afficionados du PC et adorateurs du Mac. Dans le top 10, on peut ajouter Intel (7e) et Sony (9e). Pour expliquer ce succès des acteurs du numérique, Universum note que ce secteur est associé à "l’innovation" et à "des produits et services innovants", deux attributs particulièrement appréciés par les jeunes ingénieurs.

L’auto garde son aura

L’attractivité du secteur automobile ne pâtit pas autant qu’on aurait pû l’imaginer de la mauvaise conjoncture du secteur. Ainsi, BMW Group se paie le luxe d’être la seule entreprise du Top 5 qui n’appartient pas au monde numérique, en recul d’une place par rapport à l’an dernier. Un peu plus bas dans le classement, Volkswagen conserve sa 12e place, suivie par General Motors (17e cette année contre 15e l’année dernière) et Ford Motor Compagny (20e soit trois places plus bas qu’il y a un an). A l’inverse, dans ce classement réalisé auprès de 200 000 étudiants de 12 pays, ne figurent aucune des deux grandes entreprises du secteur aéronautique, Boeing ou EADS, un secteur pourtant porteur qui continue de recruter.

Autre constat : la puissance du rêve américain demeure. L’oncle Sam continue de donner envie aux jeunes du monde entier. En témoigne la présence massive des entreprises nord-américaines. Les entreprises françaises ont encore des efforts à faire. Premier à apparaître dans le classement, L’oréal figure à la vingt-deuxième place, en progression de 7 places. Un peu plus loin se trouvent Schlumberger (30e) et Schneider Electric (45e).

Christophe Bys

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale