Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google finalise son absorption controversée de DeepMind Health

Google a finalisé l'intégration de DeepMind Health au sein de sa propre division santé. La start-up londonienne DeepMind, pépite du deep learning rachetée par Google en 2014, avait annoncé en novembre 2018 le transfert de sa division santé à sa grande sœur. La transaction a pris du retard à cause d'une trop faible protection des données médicales des patients.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google finalise son absorption controversée de DeepMind Health
Le transfert de la division santé de la société DeepMind a été annoncé en novembre 2018 mais n'a pas été suivi d'effet immédiatement. © DeepMind

Google a finalisé, le 18 septembre 2019, l'absorption controversée de DeepMind Health. C'est le docteur Dominique King, responsable de Google Health au Royaume-Uni, qui a annoncé cette fusion sur son blog. L'équipe de recherche de DeepMind dédiée aux applications médicales va rejoindre Google Health. Cette opération, annoncée en 2018, aura au final mis un an à se concrétiser. Explications.

 

 

DeepMind développe l'application Streams pour la NHS

La start-up DeepMind a été rachetée par Google en 2014, mais a conservé une grande autonomie, suivant la volonté de ses cofondateurs. Elle est aujourd'hui une entité à part du groupe Alphabet. En février 2016, Google DeepMind signe un partenariat avec le National Health Service (NHS), qui gère le système de santé public du Royaume-Uni. Il porte sur les dossiers médicaux de près de 1,6 million de patients dans trois hôpitaux londoniens. L'objectif est de développer une application, baptisée Streams, qui puisse aider les médecins à surveiller les problèmes rénaux et notamment les cas d'insuffisance rénales jusqu'à 48 heures à l'avance.

 

L'outil doit permettre aux personnels médicaux d'éplucher, en temps réel, les données de ces personnes. Mais une polémique s'est mise à gonfler. Il s'avère que ce ne sont pas seulement les données concernant les malades du rein qui ont transférées mais les informations de tous les patients de ces hôpitaux. Or, ces fichiers comprenaient des indications très sensibles, comme une overdose ou une interruption volontaire de grossesse.

 

Des garanties trop faibles sur la protection des données patients

Malgré ce contexte délicat et la volonté d'indépendance de DeepMind, la direction du groupe Alphabet a décidé du transfert de sa division santé de DeepMind en novembre 2018. Il n'a cependant pas immédiatement été suivi d'effet. La cause : les deux entreprises n'avaient pas pris d'engagement assez solide sur l'absence total de transfert des données des patients NHS à Google.

 

"Les données de santé sont très sensibles et nous avons pris le temps nécessaire et obtenu le consentement de l'ensemble de nos partenaires", a indiqué Dominique King. Le cofondeur de DeepMind, Mustafa Suleyman, a tenu le même discours en rappelant que "les données des patients ne seront jamais associées aux produits ou services de Google". Il pouvait, en effet, y avoir quelques raisons de s'inquiéter…

 

Les résultats de DeepMind remis en cause dans une étude

Mais les complications ne s'arrêtent pas là. La revue Nature a publié une étude, le 31 juillet 2019, dans laquelle elle pointe du doigt les biais majeurs que comporte le système d'analyse de DeepMind. Cette dernière promet une détection des cas d'insuffisances rénales jusqu'à 48 heures à l'avance. Or la petite sœur de Google n'aurait fait que puiser dans une base de données répertoriant les problèmes de rein de vétérans de l'armée américaine, puis recoupé ces derniers avec quelques 9000 critères pour chacun d'entre eux. Résultat : l'outil générerait, en moyenne, deux faux résultats positifs pour un avéré.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale