Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google géolocalise les attaques informatiques en temps réel

Google vient de lancer une application permettent de "monitorer" les attaques informatiques en temps réel. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le 22 octobre l'Agence internationale de l'énergie atomique annonce avoir été victime d'une intrusion sur ses serveurs informatiques. C'est la deuxième fois en moins d'un an que l'AIEA est victime d'une attaque informatique de grande ampleur. L'organisation internationale n'est pas la seule à subir ce type d'assaut. Pas un jour ne passe sans qu'une grande entreprise, un gouvernement, une agence publique ne soit la cible de pirates informatiques.

Pour mieux comprendre l'ampleur du phénomène, plusieurs outils en ligne permettent de visualiser les attaques en temps réel. Google Ideas, en partenariat avec Arbor networks, vient de lancer une carte des attaques réactualisée en temps réel grâce à une armée de "renifleurs" qui scrutent les mouvements dans les bases de données.

Cette carte ne répertorie qu'un seule type de piratage : les attaques DDOS (Attaques par déni de service). Elles consistent à noyer les serveurs par une masse de requêtes afin de leurs rendre inopérants. Sur le marché noir, on peut acheter un forfait d'une semaine d'attaques DDOS pour seulement 150 dollars ! 2000 attaques de ce type ont lieu chaque jour en moyenne selon Arbor networks. L'outil de Google permet d'en avoir un aperçu minute par minute. On peut aussi lancer une recherche rétroactive sur une journée précise.

deutsche telekom partage ses statistiques

L'opérateur Deutsche Telecom partage lui aussi les statistiques sur les attaques qui visent son réseau. Il dispose de 180 "honeypots" (pots de miel) autour du monde, chargé d'attirer les attaques informatiques pour mieux les identifier et les contrer. L'entreprise de telecoms allemande répertorie les pays d'origine et le type d'attaque. Des statistiques mensuelles sont consultables.

DES "POTS DE MIEL" COMME LEURRES

Deutsche Telecom se base sur une technologie développée par une organisation baptisée "Honeynet project", dont le but est de surveiller les attaques et de mener des recherches sur les moyens de les endiguer. L'ONG a conçu des outils en open-source permettant d'améliorer la sécurité sur le web. Elle aussi dispose de son interface de visualisation des attaques en temps réel.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media