Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google, Microsoft, Apple et BMW sont les entreprises préférées des futurs ingénieurs

Les entreprises high-tech des Etats-Unis sont une fois encore les vedettes du classement des employeurs préférés des étudiants en école d'ingénieur à travers le monde. C'est la prime aux produits et services les plus populaires. Les entreprises françaises émergent à peine. L'automobile demeure le secteur le plus attractif.
mis à jour le 24 juin 2015 à 16H49
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google, Microsoft, Apple et BMW sont les entreprises préférées des futurs ingénieurs
Le projet de siège de Google fait autant pour la rénommée de l'entreprise que sa capacité à investir tous azimuts, de l'IA à la voiture du futur © Google

Google, Microsoft et Apple, voilà le trio gagant des employeurs les plus attractifs pour les étudiants d'écoles d'ingénieurs, selon le cabinet Universum (*). Google conserve la première place, Microsoft la seconde et Apple progresse d'une place, devant BMW Group. Pourtant, il serait faux de conclure, à partir de ce tiercé, que seules les entreprises du numérique intéressent les élèves ingénieurs.

 

Les ingénieurs veulent... innover

 

Un classement par secteur montre que l'automobile et les produits de grande consommation devancent l'équipement et technologie informatique. D'ailleurs, la part d'entreprises du secteur automobile, équipementiers compris, a sensiblement progressé entre 2010 et 2015, passant de 10 à 16 %. Pour les entreprises de l'équipement et de la technologie informatique, la progression va de 6 à 10 %. A l'inverse, chez les jeunes ingénieurs, l'attractivité de l'électronique-électroménager, de l'audit et conseil, du secteur bancaire ou encore de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique, a sensiblement baissé.

 

Universum, qui a posé des questions complémentaires aux étudiants, complète ses résultats d'un début d'analyse. Ce qui fait vibrer les jeunes ingénieurs, quand ils évoquent leur début de carrière, c'est "un environnement propice à l'innovation et à l'entrepreneuriat ". Cette attente existe dans toutes les zones étudiées et réunit en moyenne 32 % des élèves ingénieurs. La proportion monte à 35 % en Amérique, mai descend à 30 % dans la zone Asie Pacifique et à 29 % pour la zone Europe Moyen Orient Afrique.

 

Le luxe français sauve l'honneur auprès des écoles de commerce

 

Dans le contexte de pénurie prévisible des talents, force est de noter que les entreprises françaises disposent d'atouts limités. L'Oréal est la première française citée à la dix septième place (24eil y a un an), loin devant Schlumberger (39e), Schneider Electric (44e) ou le transnational Airbus Group (49e).

 

Les employeurs français ne trouveront pas vraiment à se consoler avec les étudiants d'écoles de commerce. C'est toujours L'Oréal qui arrive en tête des groupes français (11e) suivi par LVMH en forte chute (34e en 2015 contre 19e en 2014).

Chez les étudiants d'école de commerce, Google truste toujours la première place, suivi par les grands noms internationaux de l'audit et de la banque d'affaires (dans l'ordre, PwC, EY Goldman Sachs et KPMG).

L'intégralité du classement peut être consultée ici 

 

(*)Le classement est effectué par Universum auprès de 240 000 étudiants venus de 12 pays.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media