Google Pay arrive (enfin) en France

Le service de paiement et de gestion des cartes fidélité par smartphone Google Pay sera disponible dès le 11 décembre 2018 en France. Les clients des cinq banques partenaires - dont le nombre devrait augmenter - pourront donc dès lors ajouter leur carte sur l’application dédiée pour payer sur les sites partenaires ainsi que chez tous les commerçants qui acceptent le paiement sans contact.

 

Partager
Google Pay arrive (enfin) en France

Deux ans et demi après Apple Pay, le service de paiement Google Pay est finalement disponible en France. Dès le 11 décembre 2018, il sera donc possible de payer dans tous les commerces qui acceptent les transactions sans contact ainsi que sur les applications et sites mobiles des marques partenaires.

Gratuit pour tout le monde

Les clients des banques partenaires pourront donc, dès le 11 décembre, renseigner leur carte de paiement dans l’application et payer par NFC chez tous les commerçants équipés d’un terminal compatible avec le sans contact – de la même manière qu’avec une carte équipée du sans contact.

Il suffit pour cela de réveiller son téléphone, en allumant l’écran, et de le poser sur le terminal. Normes de transactions obligent, pour les montants supérieurs à 30 euros il faudra déverrouiller son téléphone avant de pouvoir payer. Dans aucune circonstance il ne sera demandé d’ouvrir l’application pour valider un paiement.

La solution proposée par Google, quelle qu’en soit la forme, est gratuite pour les utilisateurs, pour les marques partenaires ainsi que pour les banques, qui ne se voient pas imposer de frais sur les transactions.

Pas de vente de données

Cependant, "on ne monétise par les données de transaction à des fins de ciblage publicitaire", rassure Florence Diss, responsable des partenariats à Google. La stratégie avancée par l’entreprise est celle de "la monétisation indirecte" : en offrant un moyen de paiement plus simple, Google facilite la conversion, ce qui devrait selon l'entreprise les inciter à utiliser les services publicitaires traditionnels de la marque, payants.

Au niveau des données de transaction, la marque explique aussi ne pas avoir les détails du panier lors des achats. Pour sécuriser les paiements et palier les usurpations, l’application fonctionne avec des identifiants bancaires virtuels, qui changent régulièrement, et une intelligence artificielle demande une identification si elle repère des comportements d’utilisation suspects.

des partenariats bancaires, mais pas seulement

L’entreprise a présenté les partenariats disponibles dès le lancement de l’application. Visa et Mastercard sont évidemment de la partie, ainsi que plusieurs plateformes bancaires – Boursorama, Boon, N26, Lydia, Revolut – mais aussi un émetteur de tickets restaurant, Edenred.

"Nous sommes en discussions avec toutes les banques", explique Florence Diss. "Vous verrez de plus en plus de banques nous rejoindre prochainement." Et de précise que – à la différence de Apple – Google Pay repose sur "un écosystème ouvert qui offre aux partenaires la possibilité de personnaliser leur offre Google Pay ou de l’intégrer dans leur application".

Mais le service de portefeuille numérique de Google ne se cantonne pas au seul paiement. Grâce à son partenaire français Captain Wallet, il permet aussi d’enregistrer ses cartes de fidélité, coupons de réduction et même, à partir de janvier 2019, les cartes d’embarquement Air France.


De cette manière, Etam a décidé d’intégrer un système de paiement par Google Pay sur son application, et de permettre de payer sans contact, ainsi que de stocker et d'utiliser ses cartes de fidélité sur Google Pay. A partir de janvier, Air France proposera aussi d’acheter des billets via le service de paiement de Google mais aussi, donc, d’avoir sa carte d’embarquement et d’être averti de changements sur son vol depuis l’application Google.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS