Google positionne sa plate-forme Poly comme la plaque tournante de la création immersive

La réalité virtuelle a beau être un jeune marché, les géants technologiques ne perdent pas de temps pour y imposer leurs plates-formes. C'est ce que fait Google avec Poly, un service d'hébergement et de partage d'objets 3D pensé pour la création immersive. L'entreprise vient de publier une API qui permet aux applications tierces d'intégrer Poly au même titre que ses applications maison. En filigrane, l'enjeu pour Google est de réunir tout cet écosystème naissant autour de lui.

Partager
Google positionne sa plate-forme Poly comme la plaque tournante de la création immersive

Google a de l'ambition pour Poly, son service d'hébergement et de partage de modèles 3D pour la réalité virtuelle et augmentée. L'entreprise a lancé le 30 novembre une API qui permet aux développeurs tiers d'intégrer l'importation et l'exportation de contenu vers et depuis Poly directement dans leurs applications. Poly est donc désormais intégré au sein de Mindshow, Normal, TheWaveVR, AnimVR, Unity EditorXR, High Fidelity et Modbox (en plus des applications de création VR de Google, Tilt Brush et Blocks).

En facilitant le partage et l'échange de contenu 3D directement depuis une application de réalité virtuelle, sans jamais avoir à enlever son casque, Google positionne Poly comme le tissu reliant toute la création qui a lieu dans ce nouveau médium. L'entreprise prend aussi de l'avance face à Facebook, qui est pourtant le poids lourd incontestable des réseaux sociaux. Google n'est pas le premier à avoir eu cette idée (Microsoft a dégainé plus tôt avec sa communauté Remix 3D), mais il ne perd visiblement pas de temps pour essayer de s'imposer comme la référence en la matière.

Devenir la plaque tournante de la création immersive

L'enjeu est de taille : l'entreprise contrôlant la plate-forme de prédilection sera fondalementalement un acteur incontournable... et pourra imposer ses autres services et produits. En s'intégrant de la sorte et créant un écosystème autour de Poly, Google est déjà en train de prendre la tête. Le seul service qui rivalise avec Poly aujourd'hui est Sketchfab, une plate-forme de partage très populaire développée par une start-up franco-américaine. Mais une "simple" start-up peut-elle faire front face à Google ? Un temps peut-être, mais pas indéfiniment.

Une chose est sûre : le marché de la réalité virtuelle (et augmentée) a beau être encore très jeune, les grandes entreprises technologiques cherchent déjà à le consolider autour d'elles.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS