Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google pourrait déployer 180 mini-satellites pour couvrir les zones blanches de l'internet

Les projets de Google pour connecter les territoires isolés se précisent. Après avoir acquis le fabricant de drones Titan Aerospace, le géant américain envisage de déployer des mini-satellites, selon le Wall Street Journal.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google pourrait déployer 180 mini-satellites pour couvrir les zones blanches de l'internet
Google pourrait déployer 180 mini-satellites pour couvrir les zones blanches de l'internet © Thales Alenia Space

Si Google permet aux internautes d'explorer des images de la terre vue du ciel, avec ses services Maps et Earth, il ne dispose pas de ses propres satellites. Le géant américain achète les images à des partenaires comme Airbus Defence and Space. Mais le groupe américain est désormais intéressé par la technologie satellite, pas seulement pour l'imagerie (il envisagerait d'ailleurs d'acheter le spécialiste Skybox pour 1 milliard de dollars), mais pour connecter les zones blanches de l'Internet, notamment en Afrique.
Selon le Wall Street Journal, Google envisagerait de lancer jusqu'à 180 petits satellites pour couvrir les zones isolées non couvertes par le réseau. Ceux-ci seraient positionnés en orbite basse.

technologies complémentaires

Google pourrait ainsi associer les drones solaires conçus par Titan Aerospace (société qu'il a acheté en avril au nez et à la barbe de Facebook) et ces mini-satellites pour une couverture optimale. Les deux technologies sont complémentaires : les satellites peuvent couvrir des zones plus larges, tandis que les drones sont capables de fournir davantage de bande passante sur une aire plus réduite.

En revanche, il semblerait que le système de ballons dirigeables comme relais satellites, expérimentés dans le cadre du projet Loon, n'ait pas donné entière satisfaction à Google.

O3B en première ligne

L'américain s'appuierait sur l'expertise de l'entreprise O3b dans laquelle il a investi. O3b, qui signifie "other three billion", en référence aux trois milliards d'humains non connetés à Internet, conçoit des satellites fabriqués par Thales Alenia Space à Cannes. Son fondateur Greg Wyler a rejoint les rangs de Google, où il dirigerait une petite équipe de 10 à 20 personnes. Google n'a pas souhaité commenté les informations du Wall Street Journal.

La firme de Mountain View serait prête à investir de 1 à 3 milliards de dollars pour cette couverture satellite, mais les spécialistes interrogés par le Wall Street Journal estiment que les coûts pourraient s'envoler. C'est d'ailleurs ce facteur qui explique l'échec de projets similaires dans le passé, comme celui porté par Teledesic dans les années 90.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media