Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google présente le projet Starline, un dispositif de discussion vidéo en 3D

Vidéo Bientôt des visioconférences plus immersives que jamais ? C'est ce que propose Google avec Starline, une technologie de chat vidéo offrant une expérience en 3D "grandeur nature". Encore au stade de prototype, Starline semble vouloir révolutionner les conversations vidéo.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google présente le projet Starline, un dispositif de discussion vidéo en 3D
Google présente le projet Starline, un dispositif de discussion vidéo en 3D © Google

À l'occasion de sa conférence annuelle Google I/O, dont la keynote a eu lieu le 18 mai au soir, Google a présenté un projet de discussion par vidéo volumétrique : Starline. Il prend la forme d'un kiosque équipé de capteurs pour scanner l'utilisateur en temps réel et d'un écran doté de capacités d'affichage "lightfield" (qui retranscrit la profondeur et l'effet de volume).

Le résultat est un dispositif qui donne l'impression que son interlocuteur est assis en face de soi, même lorsqu'il se trouve à des milliers de kilomètres. "Imaginez que vous regardez par une sorte de fenêtre magique, et qu'à travers cette fenêtre, vous voyez une autre personne, grandeur nature et en trois dimensions. Vous pouvez lui parler naturellement, faire des gestes et établir un contact visuel", détaille Clay Bavor, en charge de la réalitée augmentée chez Google.
 


Une technologie encore à l'état de prototype
Les premiers dispositifs ne sont actuellement disponibles à l'essai que dans quelques bureaux de la société. Le projet repose sur un matériel construit sur-mesure et des équipements qui semblent assez conséquents. Il s'appuie sur les travaux de Paul Debevec et de son équipe en matière de vidéo volumétrique, c'est-à-dire de capture vidéo d'un volume en trois dimensions et pas seulement d'une image 2D.

"Pour rendre cette expérience possible, nous appliquons des recherches dans les domaines de la vision par ordinateur, du machine learning, de la spatialisation sonore et de la compression en temps réel", écrit Clay Bavor. "Nous avons également développé un système d'affichage qui crée un sentiment de volume et de profondeur qui peut être expérimenté sans avoir besoin de lunettes ou de casque", ajoute-il.

La compression des données est un aspect non négligeable du dispositif, car la vidéo volumétrique produit des tailles de fichiers très conséquentes. Or, pour garantir la "magie" de l'expérience, il est nécessaire qu'elle se déroule en temps réel, ce qui implique une latence qui se compte en millisecondes.

Pour l'instant Google n'a pas donné plus de détails sur ce projet, comme le coût du dispositif ou la feuille de route de son développement. Il a toutefois indiqué prévoir un déploiement test auprès d'entreprises partenaires plus tard cette année. Une commercialisation plus large à destination du grand public ne semble cependant pas envisageable avant plusieurs années.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.