Google rachète la start-up North, ses lunettes connectées Focals 2.0 sont annulées

Google a confirmé ce 30 juin l'acquisition de la start-up canadienne North. Cette dernière n'a pas trouvé le succès escompté avec ses lunettes connectées Focals. Avec ce rachat, Google se prépare à la bataille qui l'opposera cette décennie à Apple, Facebook et Microsoft sur le marché de la réalité augmentée.

Partager
Google rachète la start-up North, ses lunettes connectées Focals 2.0 sont annulées

[Mise à jour le 30/06/2020] Google a confirmé mardi 30 juin sur un billet de blog l’acquisition de la société canadienne North. La société n'a pas confirmé les modalités financières de l'opération. Elle indique cependant que les Focals 2.0 ne seront pas commercialisées.

[Article original] Fin de l'aventure pour la start-up canadienne North. Ses lunettes connectées Focals, qui sont capables d'afficher des informations simples, n'ont pas trouvé leur marché. Le journal canadien The Globe and Mail rapporte qu'en conséquence, la start-up serait en train de boucler son rachat par Alphabet (maison-mère de Google) pour la somme de 180 millions de dollars.

Un produit sorti trop tôt
La nouvelle n'est pas surprenante. Si les spécialistes s'accordent à dire que la réalité augmentée jouera un rôle important dans l'évolution de l'informatique (l'ère post-smartphone), son potentiel n'est pas encore réalisé. Les appareils en tirant parti sont aujourd'hui encore trop encombrants, trop coûteux et trop limités dans leurs fonctionnalités. S'ils connaissent un certain succès pour les usages professionnels, ils ne sont pas prêts pour le marché grand public.

Les lunettes Focals incarnaient parfaitement toutes ces problématiques et les compromis en résultant. Vendues à l'origine 999 dollars, elles nécessitaient d'être ajustées très précisément pour fonctionner et n'étaient donc vendues que dans deux boutiques (une à Toronto, l'autre à Brooklyn) opérées par North. Malgré leur aspect "fin et léger" elles restaient plus épaisses et pataudes que des lunettes de vue classiques, et ne disposaient par ailleurs que de fonctionnalités très limitées, moins évoluées que celles d'une smartwatch. Elles ne faisaient d'ailleurs pas à proprement parler de réalité augmentée.

La vraie bataille autour de la réalité augmentée commencera d'ici 5 ans
Malgré les efforts de North, qui en avait baissé le prix à 599 dollars début 2019, les Focals ne se seraient vendues qu'en très faibles quantités. Moins de 1000 paires, rapporte le Globe and Mail. En décembre dernier, North avait en conséquence annoncé l'arrêt du produit afin de se concentrer sur les Focals 2.0, technologiquement beaucoup plus avancées d'après elle. Mais elle n'avait visiblement pas les fonds nécessaires pour tenir jusqu'au lancement de ce nouveau produit.

Son rachat par Google a du sens. L'entreprise s'est intéressée dès 2012 aux lunettes connectées avec Google Glass, qui s'est révélé un échec pour les mêmes raisons que Focals. Alors que la course pour le développement de la réalité augmentée est désormais réellement lancée, Google reste pour le moment très discret. Et ce alors que les projets de Facebook, Apple et Microsoft ne sont pas un secret. Les équipes de North pourraient l'aider dans la compétition qui se présage d'ici cinq ans.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS