Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google veut intégrer Android directement dans la voiture

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Selon Reuters, Google travaillerait à un moyen d'intégrer Android directement dans les véhicules. Les conducteurs pourraient ainsi utiliser internet sans avoir besoin de brancher leur smartphone.

Google veut intégrer Android directement dans la voiture
Google veut intégrer Android directement dans la voiture © Google

Google ne veut pas se contenter d'un système d'exploitation qui viendrait s'ajouter aux véhicules, rapporte Reuters, citant deux sources anonymes, et plancherait sur un système intégré directement dans la voiture. Le logiciel Android Auto annoncé en 2014 doit accompagner les conducteurs équipés d'un smartphone et de la dernière version d'Android. Il est censé permettre d'accéder à Google Maps ou à sa musique et autres applications, en branchant le smartphone à une voiture compatible. Toutefois, tout comme le logiciel concurrent d'Apple, CarPlay, Android Auto se fait attendre. Les premiers véhicules compatibles avec Android Auto devraient faire leur entrée en 2015.

Devenir le système standard

Etant donné que de plus en plus de voitures sont équipées du wi-fi ou de radios cellulaires, on peut imaginer consulter Gmail ou Hangouts depuis sa voiture. La version actuelle d'Android Auto permet de naviguer entre le système Google et les applications intégrées fournies par le fabricant du véhicule.

Mais avec cette nouvelle version d'Android Auto, Google s'insérerait dans la voiture dès la fabrication. Google, selon Reuters, prévoit un lancement au moment de la sortie de son nouveau système d'exploitation, Android M, attendu dans environ un an.

Un accès privilégié aux données

Apple avait dévoilé son logiciel CarPlay en mars 2014, et Google s'était allié à de nombreuses entreprises comme General Motors, Nissan, ou Hyundai, pour son "Open Automative Alliance" et son système Android Auto. Apple et Google comptaient ainsi "projeter" les applications du smartphone du conducteur sur l'écran de la voiture. "C'est un ancrage bien plus solide pour Google de véritablement faire partie du véhicule, plutôt que de n'être qu'un ajout," estime Thilo Koslowski, un vice-président du cabinet Garner. Une source citée par Reuters ajoute, "quand c'est intégré, le système est toujours présent". Pas de déconnexion quand un smartphone n'a plus de batterie, par exemple.

De plus, en s'intégrant directement à la voiture, Google pourrait récolter des informations précieuses sur les données des conducteurs, à des fins publicitaires. Une source citée par Reuters explique : "On peut accéder ainsi à la localisation avec le GPS, savoir où vous vous arrêtez, où vous allez tous les jours, votre vitesse, votre niveau de carburant, où vous prenez votre essence," entre autres.

La difficulté de convaincre les fabricants

Google et Apple sont au coude à coude dans la bataille pour conquérir l'industrie automobile. Android cherche ainsi à devenir le système d'exploitation standard des véhicules. Mais Reuters note que convaincre les fabricants s'annonce très difficile. Par ailleurs, Google devra faire face à de nombreux défis techniques.

Les sources citées par Reuters estiment qu'Android devra s'améliorer énormément, notamment au niveau de la stabilité afin d'être adopté par les fabricants. En particulier, cette nouvelle version d'Android Auto devrait se mettre en route instantanément au démarrage de la voiture. Impossible d'attendre 30 secondes, comme c'est le cas avec de nombreux smartphones. De plus, les fabricants pourraient être inquiets de donner accès à Google aux composants de la voiture et de s'exposer à des risques concernant la sécurité des passagers. Mais une crainte majeure des fabricants reste la perte d'indépendance.

La différenciation, un aspect clé pour les fabricants

Pourquoi donner une telle place de choix à Google, au détriment de leurs propres systèmes de divertissement intégrés ? "Les fabricants de voitures veulent conserver leur image de marque et leur capacité de différenciation", estime Mark Boyadjis, un analyste du cabinet IHS Automative cité par Reuters. "Les fabricants ne veulent pas d'une industrie où chaque véhicule offrirait exactement la même expérience partout,", conclut-il.

Nora Poggi

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale