Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Gorillas, start-up allemande du quick commerce, licencie près de 300 personnes

Le spécialiste de la livraison ultra-rapide Gorillas licencie 300 personnes, soit près de la moitié de ses 600 salariés de bureau. La start-up allemande évoque un contexte économique difficile. Après avoir levé des sommes conséquentes pendant la pandémie, la crise économique limite désormais considérablement les fonds disponibles. A l'avenir, Gorillas entend se concentrer sur ses marchés clés que sont l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les Etats-Unis.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Gorillas, start-up allemande du quick commerce, licencie près de 300 personnes
Gorillas, start-up allemande du quick commerce, licencie près de 300 personnes © Gorillas

Le contexte économique morose commence à se faire sentir assez durement chez les start-up. Gorillas, spécialiste allemand de la livraison ultra-rapide de courses à domicile, licencie près de 300 personnes. Cette annonce est diffusée le 24 mai 2022 par la start-up qui évoque "un contexte mondial complexe et exigeant."
 

Se recentre sur 5 marchés clés

Gorillas se sépare ce faisant de la moitié de ses effectifs de bureau, selon les chiffres rapportés par The Verge. A côté, la start-up compte sur près de 14 000 personnes travaillant dans les entrepôts et à la livraison. "Nous commençons les discussions aujourd'hui et, au cours des prochaines semaines, nous suivrons les processus de consultation des employés locaux dans chaque marché, le cas échéant", écrit l'entreprise qui évoque une décision nécessaire pour se renforcer et parvenir à devenir rentable.

La start-up explique que 90% de ses revenus proviennent de cinq marchés clés, sur lesquels elle entend se renforcer : l'Allemagne, la France où Gorillas vient de s'emparer de Frichti, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les Etats-Unis. Elle entend se recentrer sur ces marchés, travailler sur l'assortiment de produits disponibles, la tarification, l'expérience de commande et la logistique. La start-up veut continuer à renforcer sa marque pour en faire un leader. Gorillas ajoute regarder toutes les options stratégiques possibles sur ses autres marchés que sont l'Italie, l'Espagne, le Danemark et la Belgique.

Un contexte économique défavorable

"Nous assistons actuellement à un transfert de richesse et d'argent unique sur les marchés des capitaux qui modifie l'économie mondiale, explique Kagan Sumer, le CEO de Gorillas. Au cours des 24 derniers mois, des milliers de milliards de dollars ont été injectés dans l'économie, ce qui a créé une énorme vague de croissance pour le monde." Depuis le mars, la situation a changé et se détériore. "Et les entreprises technologiques, en particulier les entreprises technologiques à marge faible ou négative, sont confrontées à un vent contraire très fort", ajoute-t-il.

Consciente du fait que l'argent ne coule plus à flot et que les levées de fonds vont être plus compliquées à réaliser, Gorillas a annoncé un dernier tour de table de 860 millions d'euros en octobre 2021. La start-up explique avoir changé de stratégie pour s'engager sur le chemin de la rentabilité et quitter l'hyper-croissance. Cela sera-t-il suffisant ? Les start-up dans la livraison ultra-rapide se sont multipliées en peu de temps, elles ont levées de sommes conséquentes à des valorisations très élevées. Les offres promotionnelles se sont multipliées pour séduire les clients. Clients qui vont devoir accepter de payer plus cher un même service puisque le chemin vers la rentabilité passera très probablement par une augmentation du prix du service.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.