Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Grâce à l'IA, l'hôpital Marie-Lannelongue prévient les ruptures d'anévrisme de l'aorte

Le risque de rupture d'anévrisme de l'aorte est corrélé au diamètre de dilatation de l'artère. Pour bénéficier d'une mesure extrêmement précise, les chirurgiens de l'hôpital Marie-Lannelongue utilisent le logiciel ARVA, développé avec la medtech Incepto. Grâce à l'intelligence artificielle, il est capable de mesurer automatiquement les diamètres par segment de l'aorte et d'en fournir une représentation en 3D. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Grâce à l'IA, l'hôpital Marie-Lannelongue prévient les ruptures d'anévrisme de l'aorte
Grâce à l'IA, l'hôpital Marie-Lannelongue prévient les ruptures d'anévrisme de l'aorte © Unsplash

L'hôpital Marie-Lannelongue du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph et la start-up française Incepto, spécialisée dans l'intelligence artificielle appliquée au médical, ont développé un modèle capable de mesurer automatiquement le diamètre maximal de l'aorte. Ils ont présenté son fonctionnement ce mardi 19 octobre 2021.

Prévenir la rupture d'anévrisme
Baptisé ARVA, pour Augmented Radiology for Vascular Aneurysm, cet outil permet de prévenir une rupture d'anévrisme de l'aorte. Ces anévrismes de l'aorte représentent plus de 90% des anévrismes situés hors du cerveau. Son taux de mortalité est particulièrement élevé : 90% des personnes touchées en décèdent, et 50% des patients ne survivent pas même lorsqu'ils sont hospitalisés. Il s'agit donc d'un véritable enjeu de santé publique.

La décision d'opérer un anévrisme aortique pour éviter la rupture est basée sur les diamètres externes de l'aorte et leur évolution dans le temps, mesurés par des scanners répétés. Or, "ces mesures sont compliquées car en présence d'un anévrisme, l'aorte est souvent tortueuse", explique Dominique Fabre, chirurgien à l'hôpital Marie-Lannelongue. 

D'où l'idée pour les équipes de l'hôpital Marie-Lannelongue, situé au Plessis-Robinson, de s'associer à la start-up Incepto pour développer un outil dédié aux radiologues et aux chirurgiens pour le diagnostic et le suivi des anévrismes. En pratique, ARVA permet de fournir des mesures de diamètre par segment de toute l'aorte, de sa racine près du coeur jusqu'à sa division en deux artères iliaques dans l'abdomen.

Un rapport incluant une représentation 3D et des mesures
La solution ARVA utilise une dizaine d'algorithmes entraînés sur une base de 1000 scanners annotés par des experts. Elle génère un rapport pré-rempli au format DICOM (format des fichiers médicaux) qui s'intègre dans le flux de travail du praticien de santé. Ce rapport inclut une reconstruction en trois dimensions de l'aorte du patient, une représentation schématique de l'aorte par segment, la détection d'endoprothèses (stents), la mesure du plus grand diamètre par segment ainsi qu'une coupe oblique du plus grand diamètre détecté.
 


ARVA a reçu le marquage CE en tant que dispositif médical et peut donc être commercialisé sur le marché européen. Il a également fait l'objet d'une étude clinique publiée en septembre 2021 dans la revue scientifique European Journal of Vascular and Endovascular Surgery. Elle a démontré la fiabilité des mesures de la solution sur des aortes saines et pathologiques, avec et sans stents. Elle a calculé un écart médian de 1,2 mm par rapport à la mesure réalisée par un expert. L'écart médian entre les six autres médecins ayant participé à l'étude était de 1,4 mm.
 


ARVA n'en est qu'à sa première version et ses développeurs souhaitent l'enrichir. "Les futures versions (...) vont révolutionner notre métier, notamment par le suivi automatique des volumes aortiques", s'est réjoui Stéphan Haulon, chirurgien de l'hôpital Marie-Lannelongue.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.