Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Grâce au machine learning, ce test détecte le SARS-CoV-2 en cinq minutes

Une équipe de scientifiques d'Oxford a mis au point un nouveau test ultra rapide, mais aussi précis, pour dépister le Covid-19 grâce à un logiciel basé sur l'IA. Elle espère commercialiser cette méthode de dépistage dès 2021.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Grâce au machine learning, ce test détecte le SARS-CoV-2 en cinq minutes
Grâce au machine learning, ce test détecte le SARS-CoV-2 en cinq minutes © Mufid Majnun/Unsplash

Le département de physique de l'Université d'Oxford au Royaume-Uni a développé un nouveau type de test capable de détecter la présence du SARS-CoV-2 avec une grande précision et en cinq minutes grâce à un système d'apprentissage automatique.

Un test pour un dépistage de masse
L'équipe de chercheurs affirme que ce nouveau test du Covid-19 serait d'une grande utilité pour dépister rapidement les personnes présentes dans des lieux accueillant du public, tels que les salles de concert, les entreprises et les aéroports.

"Notre méthode détecte rapidement les particules virales intactes; ce qui signifie que le test est simple, extrêmement rapide et rentable", a déclaré le chercheur Achillefs Kapanidis, qui a participé aux travaux.

La méthode débute par un prélèvement effectué dans la gorge du patient. Grâce à un microscope, l'échantillon est analysé pour y détecter les particules virales, marqueurs d'une infection au SARS-CoV-2. Ces images sont analysées par un logiciel reposant sur un système d'apprentissage automatique capable d'identifier "rapidement et automatiquement" le virus présent dans l’échantillon, exploitant le fait que chaque virus a une taille et une forme distincte.

Un test beaucoup plus rapide
Si ce nouveau type de test est plus rapide, c'est qu'il ne nécessite pas d'amplifier les molécules d'ARN dans les échantillons pour les isoler des autres composants, contrairement aux tests virologiques (PCR) classiques. D'après les scientifiques, leur test aurait un taux de réussite de 98%. Ce chiffre est cependant à relativiser car les manipulations ont uniquement eu lieu dans les conditions optimales d'un laboratoire de recherche.

Précision de taille, la publication est un preprint c'est-à-dire qu'elle n'a pas encore été approuvée par le comité de rédaction d'une revue scientifique. Il convient donc de rester prudent sur la future commercialisation de ce test, prévue pour 2021 d'après les scientifiques.

En attendant, l'équipe de chercheurs travaillent avec Oxford University Innovation et un cabinet de conseil pour créer un spin-out. Ils recherchent également des fonds pour accélérer la transformation du test en un dispositif entièrement intégré qui sera déployé comme une plateforme de diagnostic en temps réel, capable de détecter de multiples menaces virales.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media