Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Great-X ouvre sa Room #42 à Toulouse, une plateforme de simulation de cyber-crises

Prestataire de services en gestion de crise et sécurité de l’information, la société toulousaine Great-X propose à ses clients de vivre de nouvelles expériences avec un nouvel outil original de sensibilisation et de formation : la Room #42, un simulateur grandeur nature de cyber-crises.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Great-X ouvre sa Room #42 à Toulouse, une plateforme de simulation de cyber-crises
Room #42, la plateforme de simulation de cyber-crises de Great-X à Toulouse. © Great-X

"Notre objectif est de tester en grandeur nature le comportement des équipes face à une cyber-attaque, de détecter les failles dans les consignes de sécurité des entreprises, d'analyser les comportements de chacun dans des situations proches du réel et de proposer des formations mieux adaptées aux besoins", explique Thierry Roux, co-fondateur, avec Dominique Turpin, de la société Great-X.


Créée en 2014 et spécialisée dans les prestations de service en gestion de crise et sécurité de l’information, la société de conseil et de formation vient de se doter à Toulouse, d’un nouvel outil, assez original et particulièrement innovant : un simulateur de crises et de cyber-attaques. "Nous avons adapté à nos besoins et à nos clients un concept initialement développé par l'agence gouvernementale de sécurité et de l'information du Luxembourg, avec un accord d'exclusivité pour le marché français", précise Thierry Roux.

 

Un jeu très sérieux

Baptisé Room #42 (un clin d'oeil à l'oeuvre de science-fiction de Douglas Adams, Le guide du voyageur galactique), le simulateur a été installé au cœur du B612 à Toulouse (bâtiment totem de l’écosystème aéronautique, espace et innovation régional) où sont implantés le siège d’Aerospace Valley et les plateformes technologiques de l’IRT Saint-Exupéry. Très concrètement, une pièce dédiée, de 35 m2, a été complètement isolée et équipée de son propre réseau privé de télécommunications (internet et téléphone). Aménagée pour accueillir des petits groupes, d'une dizaine de personnes au maximum, la Room #42 a été conçue pour plonger les candidats au plus près d'une ambiance de crise. "Un serious game plus vrai que nature", insiste Thierry Roux.

 

Dans un environnement un peu stressant (pénombre, bruits, gyrophares, sirènes...), le groupe est confronté à des scénarios de crise bien répertoriés : attaque de données clients, effacement du site Internet de l'entreprise, dysfonctionnements des ERP, prise en main à distance des systèmes, demande de rançons... Chaque membre du groupe se voit attribuer un rôle précis dans l'organigramme d'une entreprise et doit faire face à la situation simulée. La cible privilégiée de ces séances un peu spéciales : les équipes de direction et de management, les responsables de services informatiques et de sécurité, les membres de cellules de crises…

 

Des projets de développement à Paris, Lyon et Nantes

A peine inaugurée, la Room #42 fait déjà des adeptes. Le calendrier de réservation se remplit. La société toulousaine, qui travaille principalement pour des grands comptes de l'aéronautique, du spatial, de l'électronique, de l'informatique, mais aussi des assurances et de l'agro-alimentaire, envisage de dupliquer son simulateur à Paris, Lyon et Nantes d’ici fin 2020. Great-X, qui emploie 5 consultants et 2 ingénieurs, prévoit de doubler ses effectifs dans les prochains mois.


"Nous travaillons aussi à de nouveaux développements, pour intégrer de nouveaux modules et fonctionnalités dans notre plateforme de simulation", souligne Thierry Roux. Une déclinaison mobile, embarquée dans un container, est aussi à l'étude pour répondre à des besoins plus spécifiques en sensibilisation sur le terrain à destination de services de secours ou de sécurité civile.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media