Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Green Tech : Mounir Mahjoubi et Brune Poirson prennent le pouls des start-up toulousaines

Nouvelle étape du "Tour des start-up" organisé par le gouvernement : Toulouse, où des start-up de la Green Tech verte et de la French Tech ont été invitées à présenter à Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du numérique, leurs projets et les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Green Tech : Mounir Mahjoubi et Brune Poirson prennent le pouls des start-up toulousaines
Morgane Barthod, présidente de Meteo Swift, insiste sur l'accès aux données en temps réel. © Marina Angel

Depuis septembre, à la demande du Premier Ministre, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du numérique et ses équipes font étape dans différentes métropoles françaises pour rencontrer les start-up et identifier les principaux freins qu'elles rencontrent dans leurs secteurs d'activités. A Toulouse, la rencontre s'est faite en compagnie de Brune Poirson, la secrétaire d’État en charge de la Transition écologique, dans les locaux de l'Incubateur de Météo France, labellisé Green Tech verte. Douze start-up, dont les 8 accompagnées par l'Incubateur de Météo France, mais aussi 4 autres start-up accompagnés par la French Tech Toulouse, ont ainsi pu échanger avec les deux membres du gouvernement, sur le mode 'On se dit tout !' Au cœur des discussions : les difficultés à accéder aux marchés publics, le constat d'une data, pas si open que ça et le maquis de normes et réglementations.

 

besoin d'open data temps réel

"Notre technologie est centrée sur des outils big data", précise Morgane Barthod, présidente de Meteo Swift. "Nous croisons des données météorologiques, de la modélisation numérique, du machine learning et des algorithmes mathématiques. Mais pour améliorer nos offres, nous avons besoin de pouvoir accéder à beaucoup plus de data en temps réel", insiste-t-elle. Créée il y a peine deux ans, Meteo Swift fournit des prévisions de production d'énergie des parcs éoliens.

 

"Face à nos offres innovantes, nous sommes souvent confrontés à des collectivités qui ont du mal à ouvrir leurs marchés publics", souligne pour sa part Emile Merhi, co-fondateur de Collectinergy, qui propose des solutions de gestion et régulation d'énergie adaptées à l'habitat collectif et aux immeubles tertiaires partagés. Même constat pour Nicolas Condom, président d'Ecofilae, une start-up qui propose des solutions (du diagnostic jusqu'à l'évaluation des projets) pour la valorisation des eaux usées traitées. La société s'adresse aux professionnels de l’eau, industriels et collectivités.

 

AGreenCulture veut faire évoluer la réglementation pour les robots agricoles

De son côté, Christophe Aubé, président d'AGreenCulture, spécialisée dans la robotique agricole, avec le développement d'un robot dédié à l’agriculture de précision pour le maïs (désherbage et traitements de précision), met l'accent sur les questions règlementaires : "nos robots agricoles sont soumis aux mêmes contraintes que les robots industriels confinés dans des environnements spécifiques. Il faut faire évoluer beaucoup plus vite les questions règlementaires pour que la robotique agricole française puisse se positionner sur le marché mondial".

 

rapprochement entre green tech et french tech

 

 

Ecoutés attentivement par les deux secrétaires d'Etat, seront-ils entendus ? Réponse attendue d'ici février 2018, à l'issue de ce Tour des start-up, dont l'étape toulousaine vient clore une consultation en ligne initiée en parallèle. Premiers éléments de réponse toutefois avec l'annonce à cette occasion d'un rapprochement entre GreenTech verte et French Tech visant à renforcer et développer les liens entre les porteurs de projets innovants au service de la transition écologique et solidaire. "Il n'est pas toujours nécessaire de modifier les textes de lois ou de créer de nouvelles règles. De nombreux outils existent déjà, il faut apprendre à les utiliser, coordonner les actions et surtout, accélérer l'accès aux données et la simplification administrative", a insisté en conclusion, Mounir Mahjoubi.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale