Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Guerre en Ukraine : la tech chinoise continue de faire des affaires en Russie

Huawei semble pour l'instant tirer parti du retrait de ses concurrents occidentaux du marché russe. Ses compatriotes, constructeurs de PC, de smartphones et fournisseurs de services en ligne, sont eux aussi toujours bien présents en Russie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Guerre en Ukraine : la tech chinoise continue de faire des affaires en Russie
Guerre en Ukraine : la tech chinoise continue de faire des affaires en Russie © © Falcon0125 - Flickr - C.C

Alors que ses principaux concurrents se sont désengagés de Russie, il semblerait que l'économie de guerre profite à Huawei. L'équipementier télécom chinois est en train de recruter massivement des ingénieurs en Russie, où il possède quatre centres de R&D, rapporte le Financial Times.

Ericsson et Nokia ont quitté le pays, qui déploie son réseau 5G avec l'objectif de le mettre en service l'année prochaine. Les deux équipementiers européens contrôleraient entre 40 et 60% du marché des réseaux mobiles en Russie, Huawei et son compatriote ZTE se partageant le reste. Huawei a notamment lancé une expérimentation de réseau 5G à Moscou en 2021, avec le premier opérateur mobile russe, MTS.
 

Champ libre pour les vendeurs de smartphones

Huawei bénéficierait également du retrait d'Apple et Samsung pour son activité de fabricant de smartphone. Ses ventes auraient triplé début mars en Russie, toujours d'après le Financial Times. Cependant, il faut relativiser. Les marques chinoises détenaient déjà 60% du marché russe. En outre, Xiaomi, Oppo et Huawei ont diminué de moitié leurs exportations dans le pays depuis le début de la guerre, rapporte le FT, notamment en raison des risques liés au cours du rouble russe.

"Pour la plupart des entreprises chinoises, la Russie est un trop petit marché pour prendre le risque de se couper des marchés développés ou d'être elles-mêmes sanctionnées", déclare un analyste de Gavenkal Dragonomics cité par Reuters. Selon IDC, le marché russe du smartphone est dix fois plus petit que le marché chinois.
 

La volte-face de Didi

Huawei est loin d'être la seule entreprise chinoise qui continue de faire des affaires en Russie. Lenovo, Alibaba, Tencent, JD.com, Honor, Oppo et Xiaomi y sont toujours présents. Les taïwanais Acer et Asus également.

L'application de VTC Didi, qui avait dans un premier temps annoncé son retrait, a subi une vague de commentaires vindicatifs sur les réseaux sociaux, l'accusant de céder à la pression américaine. La société a finalement changé son fusil d'épaule et décidé d'y continuer ses opérations. Bank of China et la Banque industrielle et commerciale de Chine sont les principales entreprises chinoises à s'être officiellement retirées du marché.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.