Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Hadopi constate l’essor du streaming

La Haute autorité dédiée à la lutte contre le piratage prend acte de la consommation de musique et de vidéos en streaming… légal ou pas. Il serait pratiqué par 84% des membres de son panel.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Hadopi constate l’essor du streaming
Hadopi constate l’essor du streaming © Tor Hakon - Flickr - C.C.

Appelée à disparaître au profit du Conseil supérieur de l’audiovisuel, l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) bouge encore. L’organisme a commandé une étude à l’institut Opinion way sur les modes de consommation culturelle des Français sur le web. Un indicateur plus qu’un véritable baromètre à valeur scientifique.

le streaming a le vent en poupe

4740 volontaires ont rempli un "carnet de consommation" chaque jour pendant une semaine pour lister leurs pratiques légales et illégales. Il en ressort que le streaming est la pratique la plus répandue au sein du panel : 84% des déclarants y ont recours, alors qu’un participant sur deux s’adonne au téléchargement, légal ou pas. 92% de la musique consommée en streaming le serait de façon légale (principalement par les sites Youtube, pour 54% des sondés, et Deezer, pour 23%). Ce taux tomberait à 30% pour les téléchargements de films et de séries, ou l’offre illégale domine. Le premier site légal, CanalPlay, n’arriverait qu’en troisième position derrière des sites de liens Bit torrent.

la gratuité plébiscitée

Sans surprise, la gratuité est le modèle le plus répandu pour la musique comme pour le contenu vidéo. Un sondé sur quatre se dit abonné à une offre légale (Deezer, Spotify, iTunes, sites de VOD…), 42% des consommateurs déclarent avoir déjà acheté un contenu dématérialisé sur Internet. Parmi les réfractaires au payant, un tiers seulement se dit prêt à acheter un contenu dématérialisé sur le web.

La consommation de biens culturels sur supports physiques semble toujours avoir le vent en poupe : 71% des internautes interrogés en achètent autant ou davantage que des oeuvres dématérialisées. La pratique du streaming ou du téléchargement ne semble donc pas incompatible avec l’achat en magasin.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media