Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Haut débit en Afrique : Eutelsat mise sur l’orbite géostationnaire pour contrer les constellations de satellites

L’opérateur Eutelsat investit dans un nouveau satellite géostationnaire de dernière génération pour apporter des connexions Internet haut débit en Afrique. Il sera équipé d’une propulsion totalement électrique et fabriqué par Thales Alenia Space.
mis à jour le 29 octobre 2015 à 09H55
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Haut débit en Afrique : Eutelsat mise sur l’orbite géostationnaire pour contrer les constellations de satellites
Haut débit en Afrique : Eutelsat mise sur l’orbite géostationnaire pour contrer les constellations de satellites © Eutelsat

Dans la bataille pour apporter l’Internet où les réseaux terrestres sont inexistants, les satellites en orbite géostationnaire n’ont pas dit leur dernier mot face aux constellations de satellites. En tout cas, Eutelsat, déjà à la tête de près d'une quarantaine de satellites de ce type, veut y croire.

 

L’opérateur vient de signer un contrat avec Thales Alenia Space pour la livraison d’un satellite géostationnaire multifaisceaux dernier cri en 2019. "Le satellite aura une capacité totale de 75 Gbps soit la possibilité d’offrir l’équivalent de 300 à 400 000 connexions ADSL. Nous décuplons ainsi nos capacités sur le continent africain", explique-t-on du côté d’Eutelsat. Le satellite couvrira une trentaine de pays essentiellement en Afrique subsaharienne. Il servira aussi bien les particuliers que les entreprises équipés de paraboles d’environ 75 centimètres de diamètre. Selon l’opérateur, on pourrait compter d’ici 2020 de l’ordre de 650 millions utilisateurs de connexions haut débit en Afrique.

 

Architecture multi-faisceaux

"Contrairement aux satellites géostationnaires qui couvrent un territoire bien particulier, les constellations de satellites couvrent tout le globe, les continents et les océans. Parfois, jusqu’à trois quarts de leur capacité n’est pas utilisée de manière optimale. En terme de coût par Gbps, les solutions géostationnaires bien conçues ont un avantage", explique Yohann Leroy, directeur technique d'Eutelsat.

 

Si le montant total du contrat reste secret, l’opérateur a payé un surcoût de l’ordre de 10% pour avoir un maximum de flexibilité dans l’usage de sa bande passante grâce à son architecture multifaisceaux. "On adaptera la capacité du satellite aux besoins constatés sur le terrain. Ainsi on pourra fournir d’avantage de débit dans les pays où la demande est la plus forte. Et cela durant toute la vie du satellite, soit environ 15 ans", a expliqué le responsable d’Eutelsat. Les 65 faisceaux du satellite pourront ainsi être orientés à la demande vers les zones ou la demande se présente en premier.

 

Il s’agira également du premier satellite totalement électrique produit par Thales Alenia Space, ce qui permet de réduire sa masse à 3,2 tonnes (et donc de réduire le coût du lancement). Autre souplesse : si Eutelsat convainc d’autres opérateurs Internet et télécoms d’investir dans son satellite, Thales Alenia Space pourra en augmenter les capacités.

 

"Au total, ce contrat correspond à l’équivalent de 200 à 250 postes temps plein sur la durée du programme, développement compris", a précisé Bertrand Maureau, directeur des télécommunications de Thales Alenia Space. Ce contrat apportera donc de la charge au site de Cannes et Toulouse de l’industriel. Eutelsat pourra faire ensuite jouer la concurrence entre les lanceurs. Le satellite pourrait aussi bien être mis en orbite par la fusée russe Proton, que par SpaceX ou Ariane 5 en position basse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale