Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Hellocare surfe sur le remboursement de la télémédecine avec son cabinet médical virtuel

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Une tablette et une connexion Internet suffisent désormais pour réaliser une consultation médicale. A compter de ce 15 septembre 2018, les téléconsultations médicales peuvent être remboursées. Hellocare saute sur l'occasion pour proposer son cabinet médical virtuel.  

Hellocare surfe sur le remboursement de la télémédecine avec son cabinet médical virtuel
Hellocare surfe sur le remboursement de la télémédecine avec son cabinet médical virtuel © Hellocare

Top départ. A compter de ce 15 septembre 2018, les consultations de télémédecine sont remboursées comme les consultations classiques à condition que celles-ci soit prescrites par le médecin, qu'il soit généraliste ou spécialiste. Grâce à cette nouveauté, les médecins peuvent choisir de réaliser une consultation à distance, par visioconférence.

 

Les fondateurs de Hellocare n'ont pas hésité à sauter sur l'occasion. "Aujourd'hui, on travaille avec 120 médecins qui voulaient intégrer la télémédecine dans leur pratique quotidienne", justifie à L'Usine Digitale Mathilde Le Rouzic, la cofondatrice et directrice opérationnelle d'Hellocare. Forte de ses deux années d'expériences, Hellocare a décidé de lancer sa propre plate-forme de télémédecine qui sera accessible à compter du 17 septembre.

 

Un flux 3G suffit

Définitions :
• La téléconsultation est une consultation entre un professionnel médical, dit le "téléconsultant", et un patient, qui peut ou non être accompagné à distance par un professionnel de santé, via les nouvelles technologies (visioconférence...)
• La télémédecine est plus large. Elle regroupe les actes suivants : téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance, téléassistance et régulation
(Source : Ministère des Solidarités et de la Santé)

 

La start-up peut compter sur son expérience acquise grâce au lancement d'une plate-forme de téléconsultation en février 2017 (lire encadré ci-contre). De précieux mois qui lui ont permis d'améliorer le produit et consolider son expérience, notamment dans la gestion des flux vidéo. La solution de Hellocare est accessible au médecin à l'aide d'un logiciel SaaS et contre le paiement de 39,90 euros tous les mois. "Le professionnel peut paramétrer son compte en quelques minutes seulement", assure Mathilde Le Rouzic. Une connexion Internet et une caméra suffisent pour le reste.

 

Renouvellement de traitement, lecture d'examens médicaux, suivi des infections longues durées... sont des actes qui peuvent être désormais réalisés à la demande du médecin. Une fois que cette téléconsultation est fixée, le médecin envoie un lien au patient pour qu'il puisse se connecter sur la plate-forme de Hellocare le moment venu. Au moment où la connexion s'effectue, un test de débit est réalisé afin de s'assurer que la connexion est suffisante. "Un flux 3G suffit, précise la cofondatrice de Hellocare qui ajoute que sa solution "couvre donc 85% des cas de téléconsultation".

 

Deux espaces personnalisés

Hellocare propose un espace en ligne d'échange ressemblant à celui d'un cabinet médical. "Sécurité et confidentialité" y sont assurés, ajoute rapidement Mathilde Le Rouzic. Sur son espace, le patient peut fixer ou modifier le rendez-vous et accéder à son dossier médical digitalisé. Hellocare espère rapidement développer "une messagerie sécurisée qui lui permettra d'échanger des documents ou de discuter avec son médecin", ajoute-t-elle.

 

Le médecin peut fixer la tarification de sa téléconsultation. Et Hellocare espère bientôt lui proposer un planning de prise de rendez-vous. Si pour l'instant le médecin a accès au dossier du patient uniquement pour les informations qu'il a lui-même transmises, Hellocare veut aller vers l'accès à l'information pluridisciplinaire courant 2019. Tous les professionnels pourront alors accéder à ce qui a été transmis par l'un de leur confrère. Hellocare prévoit aussi de développer une solution "de gestion de la facturation", précise Mathilde Le Rouzic. Pour l'instant, il est possible de payer en ligne par carte bancaire et d'envoyer des feuilles de soin électronique.

 

Les ambitions de la jeune pousse ne s'arrêtent pas là. "Début 2019, on veut lancer une offre plus complète (à 59,90 euros) où des solutions d'IA et de machine learning permettront de pré-qualifier les consultations ou de faire de l'aide au diagnostic", annonce Mathilde Le Rouzic. Le patient devra préalablement remplir un questionnaire sous forme de chatbot ou de cases à cocher afin de donner des informations au médecin.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale