Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Hemisphere, le nouveau scandale des écoutes téléphoniques américaines qui surpasse l’affaire PRISM

Depuis six ans, l’opérateur de télécoms AT&T mettrait à disposition des autorités de lutte anti-drogue américaines une base de données contenant des dizaines d’années de conversations téléphoniques. Le projet, baptisé Hemisphere et révélé par le New York Times dimanche 1er septembre, couvrirait une période bien plus étendue que les litigieux fichiers de la NSA.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Hemisphere, le nouveau scandale des écoutes téléphoniques américaines qui surpasse l’affaire PRISM
Hemisphere, le nouveau scandale des écoutes téléphoniques américaines qui surpasse l’affaire PRISM © DogFromSPACE - Flickr - C.C.

Nouveau rebondissement dans l’univers de l’espionnage américain. Dimanche 1er septembre, le New York Times a posté sur son site un Powerpoint attestant d’un partenariat rémunéré sans précédent entre l’opérateur AT&T, le département de la défense et la "Drug Enforcement Administration".

Employés infiltrés et appels géolocalisés

Selon le document, AT&T aurait été payé pour mettre ses employés ainsi que des archives téléphoniques remontant jusqu’à 1987 (contre une dizaine d’années pour Prism), au service des équipes de lutte anti-drogue. Commencé en 2007, le projet Hemisphere couvrirait tous les appels passés via le réseau AT&T. Chaque jour, se sont 4000 milliards de conversations qui sont ajoutées à la base de données. Le New York Times précise que les appels sont géolocalisés, à la différence de ceux recensés par la NSA. Les autorités usaient de mandats délivrées par la Drug Enforcement Administration (DEA) pour légitimer le recours aux datas.

Un programme jugé efficace

L’administration Obama a concédé au New York Times que la base de données du projet Hemisphere est immense et se dit très étonnée de l’implication d’employés d’AT&T dans des unités anti-drogue. Les bureaucrates défendent pourtant l’utilité du dispositif dans la recherche et l’arrestation de criminels. Le Powerpoint rapporte différents succès dont la saisie à Seattle, en 2011, de 136 kilos de cocaïne et 2,2 millions de dollars grâce à la traque téléphonique de trafiquants de drogues qui utilisaient des cartes prépayées. Mais le programme irait au-delà et concernerait également des affaires de sécurité intérieure.

Nouveau coup dur pour les autorités

L’affaire Hemisphere arrive en plein débat sur les limites de la surveillance gouvernementale après les révélations sur le projet Prism. Bien que les datas soient stockées chez AT&T, certains craignent que le vif intérêt du gouvernement ne pose des questions constitutionnelles dont une infraction au quatrième amendement. Le New York Times rapporte que l’opérateur téléphonique, qui n’a pas souhaité donner plus de détails, se justifie en invoquant son devoir de répondre "comme toute compagnie, aux assignations émises par la justice". Cette affaire risque bien de faire du tort au second opérateur de télécoms américain dont le chiffre d’affaires avait été particulièrement bon au dernier trimestre grâce à une hausse de ses abonnés aux services mobiles.

Joanna Jullien

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale