Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Henri-Alain Rault, un homme de «coopétition» pour conduire NXP

Nommé président de NXP pour la France, Henri-Alain Rault, fidèle à Philips depuis 1977, va pouvoir aller au bout de son challenge: faire d'Effiscience, à Caen, un site d'excellence.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Henri-Alain Rault, un homme de «coopétition» pour conduire NXP
Henri-Alain Rault, un homme de «coopétition» pour conduire NXP

En août dernier, Philips vendait 80,1 % de sa division Philips Semiconducteurs à un consortium d'investisseurs américains pour créer NXP. C'est un homme pugnace qui a été choisi pour conduire la destinée de l'entreprise en France. A 56 ans, Henri-Alain Rault, ingénieur en électronique de formation, est devenu, le 1er octobre, P-DG d'une entité de 2200 salariés, répartis sur cinq sites. Le plus important étant celui de Caen, dans le Calvados, avec 1200 salariés, où cet homme de «management direct», comme il le dit, va pouvoir achever son oeuvre.

Débarqué en Normandie en mars 2003 pour transformer l'unité Philips Semiconducteurs de Caen en centre d'excellence, il a gardé un pied à Crolles, dans l'Isère. Il a contribué à la mise en place de l'Alliance Crolles II, «un modèle de coopétition», où 250 ingénieurs de NXP Semiconducteurs travaillent en partenariat avec STMicroelectronics et Freescale sur un programme de nanotechnologies.

A Caen, il a commencé par «découpler R&D et production afin de rendre la recherche attractive» suivant le modèle de Crolles. Il a déployé des trésors de persévérance pour convaincre le groupe Philips, mais également l'Etat français et les collectivités, de créer, à Caen, un centre mondial de R&D pour un investissement de 200 millions d'euros.

«Humain, rassurant, avec son sens aigu du partenariat, sachant créer des effets de réseau, il a bouleversé les fondamentaux de l'économie locale et de son appréhension », estime Gilles Moreau, le directeur de Normandie aménagement (agence de développement économique de Caen-la-Mer).

Campus technologique baptisé Effiscience, et fort pour commencer de 800 chercheurs de NXP, dont 700 de l'usine actuelle, ce centre ouvrira ses portes début 2007. Laboratoires, institutionnels et industriels concurrents y sont conviés. Le campus servira de socle à de multiples projets. En golfeur chevronné, Henri-Alain Rault a en effet l'habitude d'anticiper ses coups et de finir ses parcours. Il vient d'obtenir de NXP l'installation sur Effiscience d'une équipe de R&D travaillant sur les éclairages du futur, à base de diodes électroluminescentes et de semi-conducteurs. Mais déjà, il a envisagé la création d'un pôle d'innovation industrielle ouvert à d'autres entreprises, pour pérenniser les 350 emplois industriels de l'usine caennaise. Une idée qui lui tient autant à coeur que la création d'un lycée international à Caen,
«indispensable à l'attractivité ». Et il sait de quoi il parle.

De notre correspondant Patrick Bottois


Ses dates clés
1977 : Intègre le groupe Philips dans la division R&D et manufacturing.
1991 : Participe à lacréation du centre de compétence Philips du Mans (Sarthe) et à celle des premiers téléphones mobiles à la norme GSM.
1995 : Prend la direction des opérations industrielles de Philips TRT, une filiale dédiée aux télécoms. Ce poste lui apporte une expérience à l'international.
2000 : Participe à la mise en place de l'unité R&D de Philips au sein de l'Alliance Crolles II (Isère).
Prend la responsabilité du management des sites Philips Semiconducteurs de Sophia-Antipolis (2001) et de Caen (2003).
2006 : Devient président France de NXP, dont le siège social est à Caen, et qui, outre les deux sites précités, dispose d'un site à Suresnes (Hauts-de-Seine), d'une unité au Mans et du laboratoire R&D de Crolles.

 
media