Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Henri Verdier prêt à devenir le premier "Chief Data Officer" en Europe

Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat a annoncé la création d’une poste d’administrateur général des données, un "Chief Data Officer", en conseil des ministres, le 21 mai 2014. Selon les informations d’Europe 1, c’est Henri Verdier, le directeur d’Etalab qui est pressenti à ce poste. Même si rien n'est encore officiel, l'omniprésence numérique d'Henri Verdier autour de cette annonce laisse croire que l'homme est fin à prêt à revêtir ce nouveau costume.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Henri Verdier prêt à devenir le premier Chief Data Officer en Europe
Henri Verdier prêt à devenir le premier "Chief Data Officer" en Europe © Sébastien Sindeu - D.R.

C’est officiel, la France est le premier Etat européen à se doter d’un "Chief Data Officer" ou "administrateur général des données".

L’annonce a été faite le 21 mai en conseil des ministres par la ministre de la Fonction publique, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Marylise Lebranchu.

Quelques heures avant le conseil des ministres, Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique avait vendu la mèche à Tariq Krim, ardent défenseur de la création du poste de Chief Data Officer.

Mais qui pour occuper cette fonction ? Là, rien d’officiel mais selon les informations d’Europe 1, c’est Henri Verdier, patron, depuis décembre 2012, d'Etalab, la mission chargée de l'ouverture des données publiques et du développement de la plateforme française Open Data, qui serait en pole position pour occuper ce poste.

Ce dernier laisse planer le doute mais reprend méticuleusement chaque tweet de la ministre qui parle du nouveau poste, tout en s’en félicitant sur le site d’Etalab.

Les missions du Chief Data Officer

La ministre pose quatre missions qui incomberont au Chief Data Officer : organiser une meilleure circulation des données dans l’économie comme au sein de l’administration dans le respect de la vie privée et des contraintes juridiques, veiller à la production et à l’acquisition de données essentielles, lancer des expérimentations pour éclairer la décision publique et enfin diffuser des outils, des méthodes et la culture de la donnée au sein des administrations.

De plus, cet administrateur général des données aura le pouvoir de consulter les données détenues par l'administration de l'Etat et ses opérateurs. Une attribution quasi-exclusive puisque jusqu'alors seuls les juges détenant un mandat de perquisition pouvaient contraindre une administration à présenter ces données.

La date de sa prise de fonction n’est, elle, pas encore connue.

Wassinia Zirar
 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale