Actualité web & High tech sur Usine Digitale

High Fidelity lève 35 millions de dollars pour mettre de la blockchain dans son "Second Life" VR

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La start-up High Fidelity a levé 35 millions de dollars afin de poursuivre l'intégration des technologies de la blockchain dans son écosystème de mondes virtuels. L'héritier spirituel de Second Life compte sur une explosion du marché de la réalité virtuelle, qu'il voit comme un futur "internet immersif".

High Fidelity lève 35 millions de dollars pour mettre de la blockchain dans son Second Life VR
Une session de e-learning en réalité virtuelle avec High Fidelity © High Fidelity

La start-up High Fidelity, qui développe une application de création de mondes, d'objets et d'avatars pour la réalité virtuelle, a annoncé une levée de fonds de 35 millions de dollars le 28 juin. Cet apport de capital va lui servir à poursuivre le développement de sa plate-forme de création d'expériences VR et à accélérer ses recrutements, notamment en ouvrant des bureaux à Seattle. L'entreprise a collecté 73 millions de dollars depuis sa création en 2013.

 

Cap sur la blockchain

Les fonds ont été principalement levés auprès d'investisseurs spécialisés dans la blockchain, dont Galaxy Digital Ventures qui a contribué 20 millions au tour de table. "Nous irons à l'école, assisterons à des évènements, nous divertirons et construirons de nouveaux mondes tous ensembles, et tout ça en réalité virtuelle", a commenté Philip Rosedale, le fondateur de High Fidelity dans un communiqué de presse. "Pour tenir cette promesse et atteindre cette échelle, la VR doit être décentralisée et utiliser les technologies de la blockchain. Galaxy Digital nous guidera dans l'adoption de ces technologies et dans les partenariats que nous établirons avec l'écosystème blockchain dans son ensemble."

 

Cet intérêt pour la blockchain n'est pas nouveau. High Fidelity avait créé une monnaie virtuelle basée sur les technologies de la blockchain pour permettre l'achat et la vente de biens dans les mondes de son écosystème. La start-up a aussi mis en place un registre des actifs numériques (Digital Asset Registry) qui protège les biens virtuels contre la fraude et la contrefaçon. Il semblerait néanmoins qu'elle souhaite s'appuyer encore plus sur ces technologies très à la mode.

 

Vers la création d'un "internet immersif" ?

Avant de co-fonder High Fidelity, Philip Rosedale avait créé Linden Lab, l'entreprise à l'origine de Second Life. Il poursuit avec sa start-up son objectif de créer un "métavers" (contraction de "méta-" et "univers", soit un regroupement de mondes disparates mais interconnectés). Il pense que la réalité virtuelle atteindra à terme une échelle similaire à celle d'Internet, avec un milliard d'utilisateurs pour un marché de 1000 milliards de dollars. Linden Lab développe de son côté un produit concurrent, Sansar, à l'approche sensiblement différentes. Facebook, Microsoft et d'autres travaillent également sur des produits similaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale