Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

HP Reverb : un casque VR qui se veut un bon compromis entre prix abordable et haute résolution

Prise en main L'année 2019 s'annonce riche en sortie de casques de réalité virtuelle de qualité. Parmi eux se trouve le HP Reverb, qui se veut très compétitif sur le plan du rapport qualité/prix. Sa résolution est notamment très impressionnante, comme nous avons pu le constater lors de notre prise en main.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

HP Reverb : un casque VR qui se veut un bon compromis entre prix abordable et haute résolution
HP Reverb : un casque VR qui se veut un bon compromis entre prix abordable et haute résolution © Julien Bergounhoux

HP faisait la démonstration de son nouveau casque de réalité virtuelle, le Reverb, à la GPU Technology Conference 2019 qui s'est déroulée du 18 mars au 21 mars. L'Usine Digitale a pu le prendre en main pour juger de sa qualité visuelle et de son confort.

 

Un casque compact

Le premier élément frappant du HP Reverb est sa taille. Il est très compact par rapport à un HTC Vive ou même un Oculus Rift, le résultat d'après HP de l'utilisation d'écrans plus petits que la moyenne, de seulement 2,89 pouces de diagonale. Cette petite taille combinée à son système d'attache copié sur le Rift le rend très confortable à l'usage, son poids (d'environ 500 grammes) ne se faisant pas sentir.

 

Une résolution qui fait la différence

Evidemment, le principal intérêt de l'appareil est sa résolution de 2160 x 2160 pixels par œil, qui est parmi les plus élevées du marché. La scène de démonstration utilisée avec le casque était réalisée par Zoan et tournait sous Unreal Engine. Elle place l'utilisateur dans trois petites scènes : une place pavée dans une ville, à l'intérieur d'un appartement, et en bord de mer. La puissance de calcul est fournie par un PC sac à dos Z by HP équipé d'un CPU Intel Core i7-7820H et d'une carte graphique Nvidia Quadro P5200, équivalent d'une GeForce GTX 1080.

 

Cette résolution élevée fait indéniablement la différence. L'effet "moustiquaire" présent avec la plupart des casques VR actuels est absent, et il est difficile de repérer des pixels individuels même en faisant l'effort de les chercher. Cette qualité n'atteint pour autant pas la netteté du VR-1 de Varjo, qui reste facilement un cran au-dessus grâce à son système de double écran. Mais avec un prix 10 fois moins élevé (629 euros pour les professionnels, 579 euros pour les particuliers), il est difficile de se plaindre.

 

Le HP Reverb se pose surtout en concurrent du HTC Vive Pro, par rapport auquel il est deux fois moins cher et ce malgré une résolution plus élevée (le Vive Pro se contente de 1440 x 1600 par œil). A noter cependant que les couleurs et le contraste du HP Reverb nous ont semblé à première vue en deça de ce que permettent les écrans OLED, mais de plus amples tests seront nécessaires pour s'en assurer. Par ailleurs, nous n'avons pas vraiment pu juger de la qualité sonore, le volume étant assez faible lors de la démonstration.

 

 

Un champ de vision légèrement plus grand, mais...

HP parle également d'un champ de vision diagonal étendu à 114° grâce à de nouvelles lentilles asymétriques. Nous avons en effet constaté qu'il est légèrement agrandi sur les côtés, ce qui le rend un peu plus rectangulaire que la moyenne. Les bords de l'affichage sont cependant sujets à d'importantes déformations visuelles qui limitent un peu l'intérêt de ces quelques degrés supplémentaires. HP promet que le problème sera réglé d'ici la sortie de l'appareil, mais cela reste à voir.

 

Un tracking et des contrôleurs inchangés

Dernier détail et non des moindres : le tracking est le même que sur les autres casques de l'écosystème Windows Mixed Reality. Concrètement cela veut dire qu'il est plutôt bon, mais pas infaillible, notamment en ce qui concerne le suivi des contrôleurs. La démonstration à laquelle nous avons eu droit n'en faisait pas grand usage, et les applications professionnelles auxquelles HP destine le Reverb ne devraient généralement pas trop pousser les limites du tracking non plus. Cela pourrait néanmoins limiter sa pertinence pour certains cas de divertissement hors du domicile, ainsi que pour les particuliers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media