Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

HP va payer 108 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites pour corruption

Le groupe informatique américain Hewlett Packard va payer 108 millions de dollars pour mettre fin à des enquêtes des autorités américaines sur des cas de corruption en Russie, en Pologne et au Mexique.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Hewlett-Packard devra payer 108 millions de dollars (78 millions d'euros) et l'une de ses filiales plaidera coupable de corruption dans un dossier lié à un contrat avec une administration russe, a annoncé mercredi 9 avril le ministère de la Justice américain. L'affaire concerne aussi des filiales du groupe informatique en Pologne et au Mexique.

Pots de vin versés à des fonctionnaires

La Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité des marchés financiers américains, a conclu un accord avec HP au sujet d'allégations selon lesquelles certaines de ses filiales ont versé des commissions illégales à des fonctionnaires dans le but d'obtenir des contrats publics, en violation du "Foreign Corrupt Practices Act".

La filiale russe de HP a payé plus de deux millions de dollars de commissions occultes pour obtenir un contrat des autorités fédérales russes, a précisé la SEC.

En Pologne, une filiale du groupe a offert des cadeaux et distribué des pots de vin d'un montant total de plus de 600 000 dollars pour remporter un contrat avec la police nationale, ajoute-t-elle.

Au Mexique, une filiale de Hewlett-Packard a versé plus d'un million de dollars de commission pour décrocher un contrat de fourniture de logiciels à la compagnie pétrolière nationale, poursuit le gendarme de Wall Street.

Par ailleurs, la justice polonaise a déclaré mercredi qu'un cadre local de HP avait déboursé plus de 500 000 dollars de pots de vin pour remporter des contrats de fourniture de matériel à la police nationale.

"Les malversations décrites dans l'accord de règlement sont limitées à un petit nombre de personnes qui ne sont plus salariées de l'entreprise" a déclaré John Schultz, vice-président exécutif et directeur juridique de HP dans un communiqué.

"HP a pleinement coopéré à la fois avec le ministère de la Justice et la Securities and Exchange Commission dans l'enquête sur ces dossiers", a-t-il ajouté.

Avec Reuters

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale