Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

HRV Simulation combine casque de réalité virtuelle et retour haptique pour mieux former les dentistes

Le numérique transforme la formation des dentistes. La start-up française HRV Simulation va commercialiser un simulateur équipé d'un casque de réalité virtuelle pour permettre aux apprenants de s'entraîner avec plus de réalisme et ce autant de fois qu'ils le veulent. Cette évolution de sa solution Virteasy est financée par Epic Games, éditeur du moteur Unreal Engine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

HRV Simulation combine casque de réalité virtuelle et retour haptique pour mieux former les dentistes
HRV Simulation combine casque de réalité virtuelle et retour haptique pour mieux former les dentistes © Virteasy

La réalité virtuelle révolutionne le domaine de la formation médicale et l'odontologie (la médecine dentaire) n'échappe pas à la règle. La société française HRV (Haptique et Réalité Virtuelle) Simulation, basée à Laval dans la Mayenne est en pointe sur le sujet avec sa solution Virteasy.

 

HRV Simulation a été fondée en 2013 et a débuté la commercialisation de ses simulateurs en 2015. Elle a depuis vendu plus de 70 systèmes à 25 universités médicales réparties dans 11 pays (France, Royaume-Uni, China, Chili, Ouzbékistan...). Les simulateurs en question se composent d'un écran 3D, d'un écran tactile, d'un bras à retour haptique et d'une pédale (entre autres) pour émuler l'équipement du dentiste.

 

Un financement d'Epic Games

La prochaine étape pour Virteasy est le passage aux casques de réalité virtuelle. L'entreprise a annoncé le 5 août avoir reçu un financement d'Epic Games, éditeur du moteur 3D Unreal Engine, dans le cadre de son programme Epic MegaGrants. Le montant du financement n'a pas été communiqué mais ces derniers vont de 5000 à 500 000 dollars.

 

Ces fonds sont alloués en premier lieu à la transition du moteur 3D open source Ogre vers l'Unreal Engine, ce qui va permettre aux simulations d'incorporer des interactions physiques plus complexes, des éclairages dynamiques et d'autres fonctionnalités avancées. Concrètement cela va permettre d'incliner le fauteuil du patient ou de déplacer la lampe comme en vrai. Le second pan du projet est le remplacement de l'écran 3D et de l'écran tactile par un casque de réalité virtuelle afin de procurer une meilleure immersion aux étudiants.

 

Plus d'immersion grâce aux casques VR

"Le passage aux casques VR a un impact énorme sur l'apprentissage", commente James Markey, chef de produit pour Virteasy, en précisant toute fois que la résolution d'affichage reste un challenge lorsque le praticien se rapproche de son patient virtuel. L'entreprise développe cette fonctionnalité avec des casques Oculus Rift S, qui fonctionnent sans capteurs externes. Le casque se branche directement sur la station de travail du simulateur et les clients existants pourront donc en profiter à peu de frais.

 

"A terme, l'utilisation des casques pourraient nous permettre de diminuer par deux le coût des simulateurs," poursuit James Markey. Ces derniers coûtent aujourd'hui dans les 50 000 euros, la majorité du coût provenant du système haptique. Un simulateur reposant sur un casque de réalité virtuelle pourrait en comparaison être proposé à 25 000 euros, tout en conservant l'avantage du retour haptique. "La force de Virteasy reste son moteur haptique. Nous utilisons des algorithmes volumétriques qui procurent différentes sensations en fonction de la zone de la dent sur laquelle travaille le dentiste avec sa fraise : carie, émail...".

 

Un meilleur apprentissage grâce au numérique

Les simulateurs numériques de Virteasy disposent déjà d'avantages inhérents par rapport aux simulateurs conventionnels utilisant des mannequins. Chaque cas est identique pour tous les étudiants (sans variation dans l'état des dents), les scénarios peuvent être répétés autant que nécessaire, et il est même possible d'importer les données réelles d'un patient (DICOM, CTScan, impressions intra-orales...) dans la simulation pour travailler sur un cas spécifique. De quoi mieux préparer le passage des étudiants à la pratique.

 

L'offre logicielle Virteasy s'est par ailleurs étoffée au fil des ans et permet désormais à un enseignant de superviser plusieurs élèves sur plusieurs simulateurs depuis une même station de travail (via un serveur local). Il peut aussi suivre leurs avancées dans la durée et leur donner des notes ou des conseils.

 

Fort potentiel de croissance

L'objectif de fond pour HRV Simulation est évidemment de faire croître son marché. "Il existe entre 700 et 800 universités dentaires à travers le monde, donc notre marge de progression est conséquente, avance James Markey. D'autant que grâce aux casques nous allons pouvoir proposer des offres avec des bras haptiques moins onéreux, qui pourront être remplacés dans un second temps." HRV est la seule entreprise à travailler sur un simulateur à base de casque VR pour l'odontologie à l'heure actuelle, son principal concurrent (présent dans une centaine d'universités) utilisant un système à base de projecteurs.

 

L'autre aspect à prendre en compte est l'espace nécessaire à ces simulateurs. "A l'heure actuelle les simulateurs numériques sont généralement situés dans un espace dédié, séparé des simulateurs traditionnels à base de mannequins, poursuit le responsable. L'utilisation de casques de réalité virtuelle va faciliter l'installation de simulateurs numériques dans le même environnement, ce qui réduira aussi les coûts."

 

Le développement va bon train. "Nous avançons plus vite que prévu, nous avons récemment donné notre première démonstration privée à deux universités parisiennes et nous ferons une présentation publique le 20 août à Berlin lors du meeting annuel de l'association pour l'éducation dentaire en Europe (ADEE)." La commercialisation du nouveau système devrait démarrer début 2020, en sachant que les simulateurs Virteasy existants seront mis à jour simultanément pour profiter de ces avancées.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media