Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Huawei annonce l'implantation en France de sa première usine de production hors de Chine

Huawei annonce l’implantation prochaine en France de sa première usine de production hors de Chine. Le géant chinois entend, à terme, y fabriquer l’ensemble de sa production d'équipements télécoms à destination du marché européen. 200 millions d’euros devraient être investis dans ce site, dont la localisation exacte n’a pas encore été arrêtée et qui devrait générer quelque 500 emplois directs. Sera d’abord concernée la production d’équipements radio pour la 4G et la 5G, avant de s’étendre à d’autres types de produits.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Huawei annonce l'implantation en France de sa première usine de production hors de Chine
De gauche à droite : Minggang Zhang, DG adjoint de Huawei France ; Linda Han, vice-présidente des affaires publiques de Huawei France ; Liang Hua, président de Huawei ; Li Peng, président de Huawei Europe de l'Ouest ; Weiliang Shi, président de Huawei France © Arthur Le Denn

Huawei choisit la France. Liang Hua, le président du géant chinois des télécoms, a annoncé ce jeudi 27 février 2020 l’implantation prochaine d’une unité de production dans l'Hexagone – la première hors de Chine. Ce site, dont la localisation exacte n’a pas encore été arrêtée, sera dédié à la fabrication d’équipements réseau pour la 4G et la 5G. Il produira, dans un premier temps, "des modules qui seront intégrés aux stations de base et participera à l’assemblage final" des produits. Objectif pour la marque au lotus : y fabriquer, à terme, l’ensemble de sa production à destination du marché européen. Selon Liang Hua, ce sont ainsi "1 milliard d’euros de valeur qui seront générés chaque année".

 

200 MILLIONS D’EUROS INVESTIS

Le géant chinois des télécoms annonce là un investissement important, qui "dépassera les 200 millions d’euros" pour la première phase du projet (acquisition des terrains, construction de l’usine et achat des équipements). Et cela sans compter les retombées économiques pour la région qui accueillera le site. La firme de Shenzhen affirme vouloir "faire appel aux outils de production de ses partenaires locaux".

 

"Nous avons choisi la France pour son infrastructure industrielle mature, sa situation géographique exceptionnelle au cœur de l’Europe et sa main-d’œuvre de qualité", a expliqué Liang Hua devant une poignée de journalistes réunis à Paris ce jeudi. Quelque 500 emplois directs seront ainsi créés. "Hautement automatisée", cette usine devrait participer aussi bien à la production qu’aux efforts du groupe en matière de R&D.

 

Huawei entend également s’en servir pour former son personnel et pour accueillir les clients qui voudraient mettre ses technologies à l’épreuve, à l’image de ce qui est proposé dans les centres de transparence inaugurés ces derniers mois à Bruxelles (Belgique), Berne (Suisse) ou encore Londres (Royaume-Uni). "Les équipements produits sur ce site seront conçus, fabriqués et testés à la fois selon les règles de cybersécurité établies par Huawei et les standards français en vigueur", a ainsi martelé Liang Hua, assurant qu’il n’est pas ici "question de contourner l’embargo américain"… alors même que les Etats-Unis continuent d’encourager leurs alliés européens à bannir l'entreprise.

 

"UNE EMPREINTE INDUSTRIELLE D’ENVERGURE MONDIALE"

"Nous sommes en discussions avec les autorités, tant les collectivités locales que le gouvernement, pour avancer dans les meilleurs délais. Le choix du lieu d’implantation prend du temps, mais la construction de l’unité de production sera ensuite rapide", a souligné Liang Hua, précisant que son groupe mûrit ce projet depuis un an au moins. Gageant qu’il ne s’agit pas d’une "offensive de charme" visant à obtenir le droit d’équiper les opérateurs télécoms nationaux – Bouygues Telecom et SFR font déjà appel à Huawei sur la 4G et veulent reconduire ce partenariat pour la 5G –, le président de la firme de Shenzhen y voit plutôt la marque de son "empreinte industrielle d’envergure mondiale".

 

"Nous avons beaucoup de fournisseurs en France et collaborons avec des acteurs tels que Nexans ou Bolloré, a rappelé Weilang Shi, président de Huawei France. Ce pays est très important pour nous et nous entendons contribuer et capitaliser sur son écosystème technologique. C’est du gagnant-gagnant." Alors que le géant chinois des télécoms fête les vingt ans de sa présence en Europe, il dit vouloir participer à "sa transition numérique et ses travaux en matière d’intelligence artificielle".

 

A noter que l’usine française de Huawei devrait, à terme, étendre son activité "au-delà des équipements radio". D’ici à son ouverture, Huawei a tenu à rassurer quant à sa capacité à tenir les délais de livraison malgré l’épidémie de coronavirus. "Les défis sont nombreux en ce moment pour Huawei. Nos conditions d’exploitation et de production sont néanmoins revenues à la normale et nous sommes en mesure de fournir équipements et services à nos clients", a insisté Liang Hua. Pour mémoire, le géant chinois des télécoms fait à cette heure la course à la 5G en tête. Il a annoncé, la semaine dernière, avoir signé 91 contrats commerciaux avec des opérateurs télécoms à l’échelle mondiale – contre 81 et 67 pour ses concurrents européens Ericsson et Nokia respectivement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Gorin
27/02/2020 21h00 - Gorin

Une ABSURDITÉ, le développement de la 5 G. INUTILE sauf pour les concepteurs, fabricants et revendeurs. Une HONTE pour la planète.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media