Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Huawei cherche à sécuriser l'ensemble de sa chaîne logistique pour la fabrication de puces électroniques

Vu ailleurs Huawei, sous le feu des sanctions américaines, investit dans des entreprises qui n'ont pas vocation à devenir ses fournisseurs directs mais à vendre des équipements industriels aux fabricants de semi-conducteurs. Un changement de stratégie pour l'entreprise chinoise, qui cherche désormais à baser l'ensemble de sa chaîne logistique en Chine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Huawei cherche à sécuriser l'ensemble de sa chaîne logistique pour la fabrication de puces électroniques
Huawei cherche à sécuriser l'ensemble de sa chaîne logistique pour la fabrication de puces électroniques © Flickr/Karlis Dambrans

Alors que les Etats-Unis restreignent fortement les possibilités d'approvisionnement de Huawei, l'entreprise accroît ses investissements dans les fabricants de semi-conducteurs chinois émergents et les équipementiers spécialisés. L'entreprise souhaite devenir auto-suffisante et se fournir en puce auprès de fabricants n'ayant aucun lien avec les Etats-Unis, que ce soit au niveau de leur fabrication ou de leur conception, rapporte le Financial Times. Une ambition qui avait déjà été affirmée par Alex Huang, directeur général France, auprès de L'Usine Digitale.

Des équipements de fabrication de puces très américains
Hubble Technology Investment, un fonds d'environ 413 millions de dollars lancé par Huawei en avril dernier, a pris des parts minoritaires dans trois entreprises chinoises spécialisées dans les équipements destinés à la fabrication de puces électroniques au cours des trois derniers mois. Des investissements qui actent le changement de stratégie opéré par Huawei, précise le FT. Auparavant, ce fonds investissait principalement dans des entreprises pouvant devenir des fournisseurs directs de Huawei. Ce qui n'est pas le cas ici.

Les équipements de fabrication de puces électroniques, extrêmement coûteux et spécialisés, sont aujourd'hui produits en majorité par des entreprises américaines comme KLA Corp, Lam Research ou encore Applied Materials. Mais, en août dernier, les Etats-Unis ont durcis leurs sanctions à l'encontre de Huawei. Toute entreprise, américaine ou non, souhaitant vendre des puces utilisant une technologie américaine ou fabriquées à l'aide d'équipements américains à Huawei ou à l'une de ses filiales doit obtenir une licence au préalable.

Vers une chaîne logistique 100% chinoise ?
Qualcomm, Sony et Samsung Display ou encore Intel ont obtenu cette fameuse licence. Mais Huawei est trop dépendant du bon vouloir des autorités américaines. L'entreprise cherche donc à sécuriser sa chaîne d'approvisionnement. En réponse, le gouvernement chinois a aussi intensifié ses efforts pour devenir autonome en semi-conducteurs. Un plan qui comprend une usine de puces spécifiquement dédiée à Huawei et qui fonctionnerait sans équipement acheté aux États-Unis, ajoute le FT.

Les derniers investissements réalisés par Huawei s'ancrent dans cette stratégie. Les trois entreprises concernées par ses investissements sont : Skyvers fabrique des outils de test et d'inspection destinés à la fabrication de semi-conducteurs ; Ningbo Allsemi  fabrique des machines pour réaliser des gravures sur des plaquettes et enlever la résine photosensible restante ; Epiworld International fournit des outils d'inspection pour le carbure de silicium. Toutefois, le chemin est encore long avant que Huawei ne puisse sécuriser l'ensemble de sa supply chain et il n'est pas certain que l'entreprise parvienne rapidement à ses fins.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.