Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Huawei ne menace pas (encore) IBM, HPE, Dell, Microsoft... sur le marché entreprise

Analyse L’équipementier chinois du  numérique Huawei accélère son offensive sur le marché d’entreprise avec l’objectif de plus que doubler son activité dans ce domaine d’ici 2020. Mais pas de quoi menacer les géants américains IBM, Hewlett Packard Entreprise, Dell, EMC, Microsoft ou Cisco, qui dominent ce marché.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Huawei ne menace pas (encore) IBM, HPE, Dell, Microsoft... sur le marché entreprise
Huawei ne menace pas (encore) IBM, HPE, Dell, Microsoft... sur le marché entreprise © Huawei

Déjà leader mondial des équipements de réseaux télécoms et numéro trois des smartphones, Huawei accélère son offensive sur le marché d’entreprise. Ambition : atteindre un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars dans ce domaine en 2020. Ce qui représente plus qu’un doublement en 5 ans. Dans sa ligne de mire, figurent ses compatriotes Lenovo, Inspur Electronic et ZTE mais surtout les géants américains IBM, Hewlett Packard Entreprise, Cisco, Dell et EMC qui dominent ce marché.

 

Au coude à coude avec Lenovo

Le géant chinois des équipements numériques, qui compte 170 000 personnes dans le monde et affiche un chiffre d’affaires de 60,8 milliards de dollars en 2015 en progression de 37%, se développe depuis 2011 en entreprise avec une offre de serveurs, équipements de réseaux, matériels de stockage, logiciels d’infrastructure et services de cloud computing.  Grâce à un modèle industriel bien rodé dans les équipements réseaux pour opérateurs télécoms, cette activité connait un grand boom. En 2015, elle a atteint un chiffre d’affaires de 4,3 milliards de dollars, soit un bond de 44%. Ce qui place Huawei au coude à coude avec le champion chinois du marché, Lenovo, dont l’essentiel de son revenu de 4,5 milliards de dollars dans ce domaine provient des serveurs X86 rachetés à IBM en 2014.

 

"Huawei se développe tous azimuts grâce à sa position de roi en Chine où le marché croit de plus de 10% par an, bien plus vite que l’ensemble du marché mondial, analyse Mathieu Poujol, consultant principal au cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC). Sa croissance est également tirée par une forte présence dans les pays émergents en Asie, en Russie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique. Et il a signé des accords avec Deutsche Telekom et Orange dans le cloud, ce qui en fait un acteur de référence sur le marché européen.»

 

Sur les traces de Cisco

A l’instar de Cisco, le groupe chinois cultive une stratégie de diversification des télécoms vers l’informatique d’entreprise avec l’objectif de monter en valeur ajoutée. Mais pas sûr que son modèle industriel à des prix plus bas que ceux de la concurrence suffise à lui garantir l’ascension souhaitée. "Plus on monte dans les couches du système d’information de l’entreprise, et moins les solutions industrialisées et standardisées, qui font la force de Huawei, ont leur place, explique Mathieu Poujol. Il faut au contraire toujours plus d’intégration et de customisation. Ce qui n’est pas dans sa façon de faire jusqu’ici."

 

Huawei souffre également d’une faiblesse dans les services, un ingrédient qui représente 60% du chiffre d’affaires d’IBM, le roi incontesté de l’informatique d’entreprise. "C’est une caractéristique des acteurs chinois sur ce marché, constate le consultant de PAC. Ils n’ont aucune envie d’aller dans les services. Avoir à gérer des machines et des hommes leur fait peur."

 

Fujitsu dans le collimateur

Une lacune qui pourrait toutefois être comblée par des acquisitions. "Huawei pourrait racheter des hébergeurs locaux comme Harvato du groupe Bertelsmann en Allemagne ou des fournisseurs de cloud computing comme l’américain Rackspace, explicite Mathieu Poujol. Il en a parfaitement les moyens. Cela changerait rapidement sa position sur le marché."

 

La montée de Huawei risque de pénaliser les géants américains qui dominent le marché. "Mais l’hégémonie des trois plus gros acteurs, IBM, Hewlett Packard Entreprise et le futur ensemble Dell-EMC, n’est pas menacée, estime Mathieu Poujol. Ce sont plutôt les acteurs locaux comme le japonais Fujitsu qui vont être le plus affectés."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale