Huawei officiellement inculpé aux Etats-Unis pour vol de technologies et violation de l'embargo sur l'Iran

Huawei a officiellement été mis en accusation aux Etats-Unis. L'entreprise de télécoms chinoise, qui conteste toutes les accusations qui sont portées à son encontre, est accusée de vol de technologies et de violation de l'embargo des Etats-Unis sur l'Iran.

Partager
Huawei officiellement inculpé aux Etats-Unis pour vol de technologies et violation de l'embargo sur l'Iran

Le géant chinois Huawei a officiellement été mis en accusation lundi 28 janvier 2019 par l'Etat de Washington et le parquet de New-York. Il est accusé de vol de technologies et de violation de l'embargo contre l'Iran. Dans sa réaction officielle envoyée aux rédactions, le champion des télécoms chinois "dément qu’il, ou une de ses filiales ou sociétés affiliées, ait commis les violations supposées de la loi américaine énoncées dans chacun des actes d’accusation".

Un vieux contentieux avec T-Mobile

Huawei est accusé d'avoir tenté de voler en 2012 des informations sur Tappy, un robot conçu par l'opérateur de télécoms américain T-Mobile pour tester les téléphones portables. Dans ce dossier ce sont deux filiales de Huawei (Huawei Device Co., Ltd. et Huawei Device Co. USA) qui sont visées par dix chefs d'inculpation. L'entreprise chinoise assure de son côté que ces allégations ont déjà fait l'objet de poursuites civiles et que les parties sont parvenues à trouver un accord après qu'un jury l'ait partiellement exonérée (le vol aurait été le fait d'employés de Huawei agissant pour leur propore compte et pas celui de l'entreprise).

Accusation de viol d'embargo

Huawei est aussi accusé d'avoir violé l'embargo des Etats-Unis sur l'Iran à partir de 2007. Dans ce dossier, la CFO de Huawei, Meng Wanzhou, est aussi inculpée et a été arrêtée au Canada en décembre 2018. Désormais en liberté surveillée, Meng Wanzhou attend sa comparution devant un juge dans le cadre de la procédure d'extradition lancée par les Etats-Unis. Huawei déclare n'avoir "pas connaissance d’actes répréhensibles commis par Mme Meng", et indique avoir tenté sans succès de prendre contact avec le parquet de New-York après son arrestation.

Le dossier 5G en toile de fond

Ces accusations arrivent sur fond d'un autre dossier encore plus sérieux pour le n°1 mondial des télécoms. Des craintes ont émergé sur la sécurité de ses équipements 5G, allant parfois jusqu'à des soupçons d'espionnage. Ces dernières ont émané des Etats-Unis mais ont trouvé un écho dans de nombreux autres pays. Ils lui ont fermé les portes de ce marché stratégique, malgré le fait que Huawei renouvèle régulièrement ses démentis sur l'ingérence des services de renseignements chinois dans ses équipements 5G.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS